Que doit-on faire pour ne pas être accusé de “provoquer” la police ?


Quand la police tue ou mutile, les médias – s’ils ne taisent pas l’évènement – s’acharnent à transformer la victime en coupable, le crime en “accident”.


À l’arrivée, un discours dominant omniprésent : “il l’avait bien mérité”. L’indécence de la classe politique suite au verdict de l’affaire Zyed et Bouna en est un exemple.

Quelles solutions face à la police ?

À partager

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.