Quatre enseignements sur le scrutin


«Raz de marée FN», «le FN aux portes du pouvoir». Hier, les médias se régalaient du succès du monstre qu’ils ont créé et méthodiquement fait grimper depuis 20 ans.


  • Non, le FN n’est pas et ne sera jamais le premier parti de France. L’abstention a encore dépassé les 50% au niveau national. Les jeunes et les pauvres ne votent plus depuis longtemps. Mieux, la haine d’une classe politique qui nous a emmené au bord du gouffre est désormais partagée par tous, ou presque. Qui croit encore au système électoral en France ?
    Mais s’abstenir ne suffit pas. Depuis plusieurs élections, l’abstention dépasse les 50% et le système est loin de s’effondrer. Médias et gouvernants continuent d’ignorer ce phénomène massif et durable. Si l’abstention prouve l’illégitimité fondamentale de celles et ceux qui nous gouvernent, il faut également s’attaquer au quotidien, concrètement, à ceux qui incarnent le pouvoir, partout ou c’est possible.
  • Manifestants tabassés à Nantes à la veille d’un scrutin, mobilisations écologistes interdites, assignations à résidence, relance des procédures d’expulsion des paysans de la ZAD en pleine COP21… Le PS s’est exonéré depuis longtemps des stratégies politiques les plus élémentaires, voire même de ses propres résultats électoraux. Jamais un parti n’aura autant méprisé et humilié la population qui l’a portée au pouvoir.
    La logique des socialistes est claire: liquider ce qui reste de la gauche, organiser les conditions d’un second tour face au FN en 2017
  • Les français-e-s financent depuis plusieurs décennies, sans le vouloir, la communication du FN, par les subventions astronomiques accordées par l’État à l’extrême droite depuis les années 1990, et par la redevance d’une télévision publique qui met la famille Le Pen et les thématiques d’extrême droite au centre du débat depuis 1984. Rappelons que le FN est une créature de Mitterrand, qui a ordonné aux médias de faire monter le Front National, espérant affaiblir la droite. Ce travail médiatique acharné commence, malheureusement, à porter ses fruits.
  • L’ouest, terre de résistance. La Bretagne historique, avec la Loire-Atlantique, résiste encore et toujours fortement à la montée du Front National. Ce rejet populaire de l’extrême droite doit s’incarner en actes. Par exemple en empêchant partout ou c’est possible les actions des fascistes, et leur implantation…
Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.