Référendum sur l’aéroport : l’État s’embourbe déjà


Il y a quelques jours, on expliquait en quoi le projet de référendum sur l’aéroport était une imposture politique et un piège pour la lutte.


https://nantes.indymedia.org/articles/33314

L’arnaque vire à la farce ces derniers jours : aujourd’hui personne, y compris les plus ardents partisans du projet – élus locaux, patrons – ne veut de référendum.

Le périmètre du vote n’est d’ailleurs toujours pas délimité, alors que des élus du Morbihan et du Maine-et-Loire veulent à leur tour lancer des référendums sur la question de l’aéroport.

Mais le plus drôle, c’est qu’un rapport commandé par le préfet en 2014 vient d’être dévoilé, et il dynamite tous les arguments des pro-aéroport, et préfère l’optimisation de l’actuelle infrastructure plutôt que le bétonnage d’une zone humide.

Pendant ce temps, Valls qui voulait un vote avant l’été annonce qu’il donne un mois pour définir les modalités du référendum. Une façon de gagner du temps pour sortir du marécage dans lequel s’est embourbé le gouvernement ?

Mais aussi réjouissantes que soient les pitreries des décideurs, ne nous faisons pas d’illusion. Didier Guillaume, chef des sénateurs socialistes, a fait une déclaration passé plutôt inaperçue le 16 février. Elle est pourtant révélatrice :

«Lorsque les recours sont terminés, il faut faire évacuer la ZAD. Plus de no borders, plus de gens qui défient la République, plus de gens qui ne respectent pas les règles. Ça c’est terminé. Il faut qu’elle soit évacuée, même si ça coûte cher, même s’il faut l’armée, même s’il faut les CRS. Nous ne pouvons pas accepter que des gens dans l’illégalité soient dans un endroit non approprié».

Ceux qui nous gouvernement ont bien compris l’enjeu de cette lutte, et il va bien au delà d’un simple aéroport …


Sources :

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.