Des nouvelles de la guerre en cours


C’est bien une guerre de basse intensité médiatique, politique et sociale qui a lieu depuis des mois dans une France sous état d’urgence, secouée par un puissant mouvement social.
Quelques illustrations récentes de la guerre en cours.


Flicage des pauvres

Dans le Nord, une mère de famille précaire privée d’allocations familiales a mis fin à ses jours. Elle ne pouvait plus nourrir et loger ses propres enfants. « Un drame humain » écrivent les médias. Les responsables de cette tragédie ont pourtant des noms et des adresses. Ils se trouvent dans les couloirs feutrés de Matignon. Depuis 20 ans, les droits sociaux sont attaqués par les gouvernements successifs. Dans le même temps, l’État redistribue l’argent dans le secteur sécuritaire et pour les patrons. Ces politiques sont appuyées par les médias au nom de la lutte contre la « fraude sociale », qui est pourtant très marginale comparée à la fraude fiscale. A Nantes, un partenariat entre la police et la CAF a été officialisé tout récemment. En 2016, le flicage des pauvres tue.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/nord-une-maman-privee-d-allocations-familiales-se-suicide-08-07-2016-5951861.php

Europe : mafia capitaliste

Barosso vous connaissez ? Faciès de batracien, costard de luxe, ce puissant homme politique a été le président de la commission européenne pendant des années. C’est à lui qu’on doit le saccage social généralisé à l’échelle européenne, les plans d’austérité drastiques et la guerre économique faite au peuple grec ces dernières années. Au nom du « bien commun » et du « bon fonctionnement de l’économie » disait-on. Ce cher Barosso vient d’être recasé dans la grande banque internationale mafieuse Goldman Sachs. Celle qui s’enrichit en blanchissant de l’argent sale et en spéculant sur les dettes grecque et italienne notamment. Une illustration éloquente de notre époque.

http://www.arretsurimages.net/chroniques/2016-07-11/Barroso-un-silence-assourdissant-id8930

Vengeance contre la «loi travail» : un golf saccagé

Très belle action à Chailly-sur-Armaçon en Franche-Comté. Le MEDEF local avait prévu d’aller faire une petite partie de golf estivale après une année riche en émotions. Le terrain de jeu des patrons a été copieusement défoncé par des inconnus. « Les greens ont été saccagés. Plusieurs trous sont bétonnés et les poteaux ont été jetés ci ou là » explique le gérant du golf. Devant un point d’eau, une banderole annonce « Fini de jouer ». Chapeau bas aux artistes.

http://www.bienpublic.com/edition-cote-de-beaune/2016/07/08/le-golf-de-chailly-saccage-par-des-opposants-a-la-loi-travail

Pays-Basque : le PS se fait (encore) bolosser

Il ne suffit pas d’annuler l’université d’été prévue à Nantes pour se faire oublier. Le 8 juillet au Pays-Basque, les socialistes organisent une journée de débat qu’ils baptisent “université”. Une trentaine d’opposants à la « loi travail » et son monde viennent gâcher efficacement la fête à base de slogans, de vitre explosée et de menaces en tout genre. La petite réunion est annulée aussitôt. Joli coup ! Partout ou ils se trouvent, empêchons les socialistes de se réunir. Faisons de leur campagne présidentielle un cauchemar.

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/au-pays-basque-le-parti-socialiste-empeche-de-tenir-son-universite-d-ete_1810863.html

Loi travail : application immédiate

L’hebdomadaire de droite dure Le Point s’en pourlèche les babines : la loi travail entrera en application dès cet été. Après un passage en force à coup de flash-ball et de 49-3, le gouvernement fait appliquer sa loi – unanimement rejetée – avec une rapidité incroyable. On ne se souvient pas d’un tel empressement pour accorder l’égalité des droits aux homosexuels ou empêcher les contrôles au faciès. On retiendra que seules mesures réellement portées par la gauche au pouvoir sont l’état d’urgence et le saccage social.

http://www.lepoint.fr/politique/loi-travail-les-premieres-mesures-en-application-des-la-fin-juillet-07-07-2016-2052751_20.php

Guerre à la jeunesse

«Ma priorité c’est la jeunesse» disait François Hollande en 2012. Depuis, on constate que jamais un gouvernement n’aura mené une guerre aussi violente contre les jeunes. Assassinat d’un manifestant de 20 ans en 2014, violences policières féroces contre des milliers de lycéens et d’étudiants en lutte, précarisation généralisée, mépris assumé… Après avoir passé en force la loi travail et enchaîné les cadeaux grandioses au patronat, le PS veut maintenant baisser les aides au logement – APL – qui permettent à des millions de jeunes de se loger. Encore une sérieuse raison de se révolter.

http://www.ouest-france.fr/economie/immobilier/les-apl-vont-etre-revues-la-baisse-4355456

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.