Chronique d’une fin de mandat socialiste


Les journées estivales qui viennent de s’écouler ont été intenses, et l’actualité chargée en attaques sociales, politiques, policières. Racisme, état d’urgence, expulsions, passage en force : la semaine qui se termine ressemble à un aperçu, en accéléré, d’un quinquennat socialiste placé sous le sceau du désastre.


État d’urgence

L’état d’exception a donc été prolongé pour 6 mois par une large majorité du parlement. L’état d’urgence en vigueur depuis novembre dernier n’a pas empêché la tuerie de Nice. En revanche il aura permis des milliers de perquisitions administratives dans toute la France, des assignations à résidence hors du cadre judiciaire, des interdictions de manifestations et la militarisation accrue de l’espace public. Le terrorisme et l’anti-terrorisme sont bien les deux faces d’une même pièce : celles d’un dispositif contre-insurrectionnel. L’état d’exception va donc durer au moins jusqu’en janvier 2017. Allons nous vers une élection présidentielle sous état d’urgence ?

http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/07/20/la-prolongation-de-l-etat-d-urgence-debattue-au-senat_4972466_823448.html

49.3

Pour la troisième fois en quelques semaines, Manuel Valls à dégainé le 49.3 pour imposer définitivement sa « loi travail », unanimement rejetée, au terme de 4 mois de lutte intense dans les rues. L’état de sidération qui a suivi l’attaque de Nice n’aura pas entamé l’agenda accéléré du gouvernement pour saccager les dernières conquêtes sociales et satisfaire les désirs du MEDEF. On peut même considérer qu’état d’urgence, 49.3 et « loi travail » se complètent avec harmonie. La loi est donc officiellement adoptée, mais le mouvement, quant à lui, se poursuivra à la rentrée pour faire plier le gouvernement.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/07/20/loi-travail-le-gouvernement-a-une-troisieme-fois-recours-au-49-3_4972394_823448.html

Racisme

Paris, 22 juillet : 2500 migrants sans abris sont expulsés au petit matin par des centaines de policiers en armure, qui gazent les indésirables au réveil. C’est la 26ème opération d’expulsion de ce type cette année. Une logique de chasse à l’étranger systématique, qui atteint son paroxysme à Calais, où les exilés entassés dans des bidonvilles sont harcelés quotidiennement par des riverains racistes et des policiers violents. Pour rappel, le gouvernement socialiste se vante d’expulser plus encore que Nicolas Sarkozy.

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-plus-d-un-milliers-de-migrants-evacues-du-camp-de-la-villette-22-07-2016-5986595.php

Nucléaire

Loin des caméras, une résistance s’enracine dans l’est de la France. A Bure, dans la Meuse, paysans, habitants et militants occupent un bois pour empêcher un gigantesque projet de poubelle nucléaire. Pour imposer le projet, l’industrie nucléaire envoie des vigiles privés pour attaquer les militants. Une véritable milice privée, armée de bâtons, de gants plombés, de casques et de boucliers, chargée d’agresser ceux qui résistent au saccage de la planète. Le tout sous les yeux de la police régulière. Un mode opératoire déjà observé à Sivens en 2014, quand une milice d’extrême droite agressait les ZADistes avec l’assentiment des gendarmes. L’utilisation de milices privées pour maintenir l’ordre : un nouveau mode de répression qui aura été expérimenté sous mandat socialiste, et qui risque de se répandre.

http://sortirdunucleaire.org/Dans-le-Bois-Lejuc-l-Andra-a-employe-une-milice

Impunité policière

2014, des membres de la BRI, l’élite de la police nationale, violent une touriste canadienne alcoolisée dans leurs locaux du 36 Quai des Orfèvre, célèbre commissariat parisien. Malgré les éléments de preuve, les juges viennent de prononcer un « non lieu général » ! Cette affaire passée inaperçue en pleine émotion post-attentat révèle la logique structurelle d’impunité policière. Début juin, une autre affaire était classée sans suite : celle d’une fillette de 11 blessée par un tir de Flash-Ball à Melun. Cette semaine, c’est la mort d’Adama lors d’une interpellation à Beaumont-sur-Oise qui défraie la chronique. Après deux nuits d’émeutes, un rapport d’expert prétend que le jeune homme de 24 ans serait mort subitement d’une « infection extrêmement rare » pile au moment de son arrestation. Pourtant plusieurs témoins ont vu les gendarmes passer à tabac la victime, et des gendarmes maculés de sang.

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/07/20/non-lieu-general-dans-l-affaire-des-policiers-de-la-bri-accuses-du-viol-d-une-touriste-canadienne_4972318_1653578.html

http://www.leparisien.fr/melun-77000/melun-pas-de-poursuite-dans-l-affaire-de-la-fillette-atteinte-d-un-tir-de-flash-ball-01-06-2016-5848591.php

Bombardements

Quelques heures après le drame de Nice, le 14 juillet, François Hollande annonçait fièrement qu’il allait « intensifier les bombardements » en Syrie. Quelques jours plus tard, des frappes tuent 56 civils dont 11 enfants dans un village près d’Alep. Des centaines de milliers de personnes sont mortes depuis le début de la guerre en Syrie, des millions d’autres ont du fuir. Un véritable terrorisme d’État mené par les armées du monde entier.

Ventes d’armes massives, état d’urgence, multiplication des guerres, exaltation de l’armée : le quinquennat socialiste aura été le plus militariste depuis très longtemps.

http://www.rtl.fr/actu/international/syrie-la-coalition-anti-daesh-fait-pres-de-60-victimes-civiles-dans-un-bombardement-7784168322

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.