Justice Pour Théo : guet-apens de quartier


Un guet-apens a été tendu aux policiers vendredi soir 10 février. Bilan : 13 voitures brûlées. Il n’y a pas eu d’interpellations.


« Je n’étais pas là ce week-end, raconte un habitant des Dervallières. Quand je suis rentré dimanche, j’ai appris que des voitures avaient brûlé dans le quartier. Je me suis demandé où j’avais garé la mienne. J’ai fini par me rendre à l’évidence : cette voiture entièrement cramée, c’était bien la mienne. »

Rue Auguste-Lepère, au pied des immeubles, il reste quelques voitures calcinées, en ce lundi matin 13 février. Des stigmates d’une soirée agitée survenue vendredi soir.

Vers 23 h 30, les pompiers ont été appelés pour un feu de poubelles. Les soldats du feu ont prévenu la police. À leur arrivée, rue Jacques-Callot, ils ont été accueillis par une quarantaine de jeunes gens cagoulés et armés de barres de fer.

Neuf voitures incendiées

Un équipage du groupe de sécurité et de proximité a été bombardé de projectiles. Une voiture de police a été endommagée à l’avant et sur le pare-brise. Un cocktail Molotov a également été jeté en direction des forces de l’ordre. Aucun fonctionnaire n’a été touché.

L’éclairage public a été coupé. Les policiers ont organisé la riposte et ont dispersé les troupes. Personne n’a été interpellé. Bilan des dégâts : neuf voitures ont été incendiées et quatre détruites par propagation.

“Pas de véhicule de remplacement”

Parmi elles, l’auto de ce quinquagénaire parti en week-end. Il est allé déposer plainte au commissariat. « Le policier m’a demandé si elle était vraiment brûlée ou juste un peu, poursuit la victime. Sur le coup, la question m’a fait rire. Je lui ai montré la photo, et il a compris. »

Sa voiture hors d’usage, il est un peu dégoûté. « Ma voiture, d’une bonne marque, était en bout de course : elle avait plus de 300 000 km mais quand même. J’étais assuré au tiers, donc je ne vais pas avoir de véhicule de remplacement. J’en avais pourtant besoin dans les prochains jours pour raison professionnelle. J’avais prévu de m’en racheter une plus récente en mai, comment vais-je faire ? »

“Je comprends l’exaspération des jeunes”

On ignore si ce coup de chaud est une réaction de colère contre la police en soutien à Théo, jeune homme blessé gravement en Seine-Saint-Denis après une interpellation brutale.

Ces derniers mois, plusieurs guets-apens ont été montés contre les pompiers et la police dans les quartiers, à Bellevue, notamment. « Je comprends l’exaspération des jeunes. Les policiers les contrôlent en permanence et ne leur parlent pas toujours bien », dit la victime.

L’enquête de police a été confiée à la cellule de lutte contre les incendies et la brigade des violences urbaines de la Sûreté départementale.


Source : http://www.ouest-france.fr/…/nantes-coup-de-chaud-aux…

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don