Le monde selon Gérard Collomb

  • Ces derniers jours, le ministre de l’Intérieur a fait voter la loi en matière d’immigration la plus rétrograde depuis la Libération. Dans l’indifférence générale. Elle prévoit notamment d’augmenter les expulsions et d’allonger considérablement la durée d’enfermement des personnes sans-papiers en Centres de rétention. Y compris l’enfermement des enfants. Les députés Front National et En Marche ont voté la loi à l’unisson. Pour qualifier sa politique, Gérard Collomb emploie souvent la même formule creuse : “fermeté et humanité”.
  • Au début du mois d’avril, le gouvernement a envoyé 2500 gendarmes, des blindés et des hélicoptères dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes, pour détruire les lieux de vie d’occupants de la ZAD. 11.000 grenades ont été tirées. Plus de 300 personnes ont été blessées. Des dizaines d’habitations ont été écrasées à coups de bulldozers. Pour qualifier sa politique, Gérard Collomb à répété la même formule : “rétablir l’État de droit”.
  • Le 1er Mai, à Paris, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé contre la politique de casse sociale sans précédent du gouvernement. Lors de ce défilé, quelques vitrines de multinationales ont été brisées. Les images d’une enseigne de Mac Donald dégradée ont fait le tour du monde. Gérard Collomb, outré, a parlé “d’actes inqualifiables”. Selon la définition du Larousse inqualifiable est “ce qui est si mauvais, si blâmable qu’on manque d’expression pour en rendre compte”. Le ministre, en roue libre, est allé jusqu’à déclarer qu’il fallait “poursuivre toutes celles et ceux qui appellent à l’insurrection”.

Les mots ont un sens. Ici, ils révèlent la hiérarchie des valeurs d’un régime abject, qui fait passer le matériel bien avant les humains.


Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don