Mort de Clément Méric : l’antifascisme est l’affaire de toutes et tous


«L’incarcération n’est jamais une victoire, ce qui importe c’est de continuer à lutter contre ce qui fait le terreau de l’extrême droite : les inégalités, le déficit d’éducation, le manque de solidarité».
Agnès Méric, la mère de Clément


Les néo-nazis responsables de la mort de Clément Méric sont lourdement condamnés par un jury populaire, ce vendredi 14 septembre 2018. Plus de 5 ans après les faits.

L’audience a permis de prouver que les militants d’extrême droite étaient armés, qu’ils ont attaqué Clément, qu’ils étaient animés depuis longtemps par une idéologie raciste et violente, qu’ils n’en étaient pas à leur coup d’essai. C’est déjà une avancée, puisque les médias ont sali la mémoire de Clément dès le lendemain de sa mort, allant jusqu’à le faire passer pour «un agresseur», et renvoyaient dos à dos son engagement politique et celui des nostalgiques du troisième Reich.

Toutefois, l’emprisonnement de deux dangereux crétins d’extrême droite ne règle rien. Les responsables n’ont pas été inquiétés. Serge Ayoub, le leader néo-nazi, gourou et conseiller des agresseurs, lié à de nombreux crimes, continuera à répandre son venin et à endoctriner d’autres jeunes. Les politiciens qui distillent – et appliquent – des discours xénophobes et facilitent le passage à l’acte des racistes ne sont pas non plus sur le banc des accusés. Pas plus que les grands médias qui choisissent de mettre sur le devant de la scène, depuis des années, des chroniqueurs d’extrême droite.

La dignité des proches de Clément a été impressionnante tout au long du procès. On ne peut que souscrire aux mots d’Agnès Méric, après l’annonce du verdict : «l’incarcération n’est jamais une victoire». La lutte antifasciste ne se joue pas dans l’enceinte d’un tribunal, ni aux côtés d’un État qui expulse, incarcère, mutile.

Les attaques de l’extrême droite continuent et se multiplient, à Nantes, Lille, ou ailleurs. Elles détruisent des vies. La lutte contre l’extrême droite se joue donc tous les jours, dans les esprits, dans les actes, dans les rues. L’antifascisme est l’affaire de toute et tous.

Regroupons-nous, organisons-nous. Dès le samedi 22 septembre, une grande manifestations contre l’extrême droite et ses idées est organisée à Angers. C’est l’occasion de s’y réunir nombreux et nombreuses.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don