Samedi 24 novembre : jour de luttes


Toutes et tous dans les rues de Nantes !


Toute la semaine dernière, nous avons vu émerger un mouvement inédit de colère sociale. Un mouvement spontané, qui s’est traduit par des blocages économiques innombrables, des attaques de préfectures, des manifestations, des paralysies de périphériques… Une lame de fond hétérogène, confuse et diffuse, qui met en grande difficulté le gouvernement en place. Le mouvement des «gilets jaunes». Plusieurs agressions racistes inacceptables ont été commises dans l’est et le sud de la France à l’occasion de blocages. La peste fasciste tente de contaminer la colère populaire.

Dans l’ouest de la France, c’est un discours sans ambiguïté de lutte sociale pour le partage des richesses qui domine, à Rouen ou Saint-Nazaire comme à Nantes, dans le cadres d’actions parfois rejointes par des syndicalistes ou d’autres forces issues des luttes sociales. Par ailleurs, un «communiqué officiel» des «Gilets Jaunes», paru ce 23 novembre, rappelle que les racistes n’ont pas leur place dans ce mouvement.

Il ne tient qu’à nous de chasser l’extrême droite partout où elle se trouve, et de transformer cette vague de colère en remise en cause générale d’une société qui s’effondre.

Depuis des mois, dans la continuité du mouvement #MeToo, les femmes prennent la rue et la parole contre les agressions sexuelles et sexistes. Des marches contre ces violences systémiques exercées contre les femmes sont organisées dans toute la France. «Dans l’espace public, au travail, à la maison, nous exigeons de vivre en liberté, sans injures, ni menaces, sans sifflements ni harcèlement, sans persécution ni agressions, sans viols, sans blessures, sans exploitation de nos corps, sans mutilations, sans meurtres», écrivent les rédactrices de l’appel.

Samedi 24 novembre, ces deux luttes seront dans les rues.


À Nantes, voici les rendez vous :

  • À partir de 8h, Rond Point d’Ar Mor, devant le centre-commercial Atlantis, qui est devenu le QG des «Gilets Jaunes», pour des actions de blocages économiques.
  • À 14h, à l’arrêt de tram Gare Maritime, pour marcher contre les violences sexuelles et sexistes.
  • À partir de 15h, devant la Préfecture de Nantes, pour déferler dans le centre-ville contre les taxes injustes et les politiques au service des plus riches.
Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.