Santo, éborgné à la manifestation du 13 juin dernier à Paris


«Je ne méritais pas ça»


Le 13 juin dernier, une immense manifestation contre le racisme et les violences policières avait lieu à Paris, à l’appel d’Assa Traoré. 100.000 personnes s’étaient réunies, un rassemblement historique. Un moment beau, pluriel, courageux.

Contre les personnes présentes, le préfet a utilisé des méthodes de dictature : interdiction de manifester au dernier moment, encerclement de la place par des milliers de policiers, et une fois le piège refermé, tirs de munitions sur la foule. Au même moment, des néo-nazis membres de groupuscules identitaires étaient protégés par cette même police

Santo, 24 ans, manifestait pour la première fois. Touché à l’œil par un projectile lors d’une charge policière, il a désormais perdu l’usage de son œil gauche. Un tir de LBD, ou un éclat de grenade l’a éborgné. Sa vie est bouleversé. «Je ne méritais pas ça» dit-il. Personne ne mérite ça. Le désarroi est immense.

Ce gouvernement sème une haine qu’il n’est pas en mesure d’arrêter.


Un reportage de David Perrotin pour Loopsider

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.