Nantes : un squat habité par une famille attaqué par un promoteur


Bétonner, construire, vendre. La société post-confinement n’a pas tellement changé et les objectifs premiers sont toujours ceux de la rentabilité économique, même s’il faut envoyer des gros bras contre une famille sans logement !


Une famille avec une enfant de 7 ans qui occupait un logement voué à la démolition depuis plusieurs semaines, sans logement malgré une demande de dossier HLM, ont vu leur maigre hébergement se faire détruire par des gros bras de la société de construction.

Vitres cassées, chauffe-eau et lavabos détruits, intimidations… tout à été fait pour leur faire peur, les chasser et les remettre à la rue.

La société Arti Création, au chiffre d’affaire de plus de 2 millions d’euros, a préféré détruire l’habitat d’une famille par la violence et l’intervention de mercenaires plutôt que d’enclencher une procédure d’expulsion et laisser le temps à la famille de trouver une autre solution.

Rappelons que plus de 1000 enfants ont dormi à la rue la veille de la rentrée scolaire selon l’UNICEF. La veille, plus de 5500 familles ont contacté le 115 en France pour tenter d’obtenir un hébergement d’urgence. Le taux de refus est de 44% en moyenne et plus de 60% dans certaines villes comme Paris, Nantes, Toulouse.


Mais jusqu’ici tout va bien…


Via L’Autre Cantine Nantes

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.