Un décret pour licencier les soignant-es !

Le 3 septembre, en toute discrétion, le ministre de la Santé Olivier Véran a publié un décret pour «accompagner la suppression d’emplois dans la fonction publique hospitalière». Derrière la novlangue habituelle, ce décret ouvre la possibilité de licencier un fonctionnaire hospitalier. C’est une provocation inouïe contre les travailleurs et travailleuses en première ligne pour sauver des vies pendant la pandémie, et qui ont fait face à un manque de moyens et de postes affolant.

Ce projet ne date pas d’aujourd’hui, c’est un vieux rêve des néolibéraux. Promulguée en 1986, la loi qui prévoyait le licenciement d’un fonctionnaire hospitalier en cas de suppression de poste attendait son décret d’application depuis plus de 30 ans ! À chaque fois qu’un gouvernement avait tenté de l’imposer, des mobilisations avaient empêché le décret d’application.

C’est donc en 2020, avec Macron, et en pleine pandémie que le décret est appliqué, alors que la population est en sidération. Quelques jours seulement après la levée du confinement, le gouvernement faisait déjà gazer les hospitaliers qu’il avait fait applaudir plus tôt. Un phénomène unique au monde. À présent, il ouvre la voie à une précarisation croissante de la fonction. Un scandale de plus sur le compte du gouvernement du cynisme et du mépris.


Coupure de presse : Informations ouvrières

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.