đŸ—ïžLES CASSEURS SONT EN UNIFORME

Un hameau Ă©tait plein de vie, Ă  Donges, au milieu de champs et d’arbres, non loin de la Loire. Ce lieu s’appelait le village du peuple. Il Ă©tait occupĂ© depuis 1 an et demi pour protĂ©ger 50 hectares de terres contre la construction d’une usine polluante. Une zone industrielle de plus, sur un territoire dĂ©jĂ  touchĂ© par une surmortalitĂ© de 28% due aux cancers Ă  cause des nombreux rejets chimique.

Cet espace grouillait d’initiatives. De repas partagĂ©s. De dĂ©bats. Il hĂ©bergeait des personnes dans le besoin. Il proposait des alternatives, donnait des vĂȘtements. On y trouvait moutons, chats, chien et chevaux.

Jeudi matin, ce sont des tractopelles et des gendarmes Ă©quipĂ©s de fusils d’assaut qui ont dĂ©barquĂ©. La grange est tombĂ©e la premiĂšre. « Le premier bĂątiment qu’ils ont dĂ©truit a Ă©tĂ© le pressoir puis ils se sont attaquĂ©s au four Ă  pain du 18e siĂšcle — on avait vu la date 1710 dessus », observait un occupant. Il ont tout saccagĂ©, tout Ă©crasĂ©, arrĂȘtĂ© un homme, et sont partis. Les forces de l’ordre ont semĂ© la destruction. GĂ©rald Darmanin a fĂ©licitĂ© les gendarmes casseurs sur twitter. Et la personne arrĂȘtĂ©e pour avoir fait barrage de son corps est aujourd’hui en prison, en prĂ©ventive.

Les casseurs sont en uniforme.

Pour plus d’infos : Le Village du peuple

Photos : Nicolas Mollé