đŸ«#BACNOIR : TROISIÈME JOUR DE MOBILISATION DANS LES LYCÉES

Le mouvement lycĂ©en prend de l’ampleur : le point au lycĂ©e Gabriel Guist’Hau Ă  Nantes et au lycĂ©e Aristide Briand Ă  Saint-Nazaire


Au niveau national plus de 200 Ă©tablissements ont Ă©tĂ© bloquĂ©s. La mobilisation a Ă©tĂ© trĂšs forte, mais sa rĂ©pression policiĂšre aussi : un jeune lycĂ©en marseillais a Ă©tĂ© percutĂ© par un policier Ă  moto et le lycĂ©e Victor Hugo Ă  Paris a Ă©tĂ© brutalement Ă©vacuĂ©. Depuis lundi les lycĂ©en.nes se mobilisent afin de faire entendre leurs revendications. Il y a un refus Ă©vident de payer les pots cassĂ©s de la gestion calamiteuse de la crise sanitaire venant aggraver les inĂ©galitĂ©s entre Ă©lĂšves, surtout aprĂšs l’imposition de Parcoursup et de la rĂ©forme du bac par Blanquer. Mais les revendications vont encore plus loin !
RĂ©pondant donc Ă  l’appel national de plusieurs organisations lycĂ©ennes, le lycĂ©e Guist’hau a Ă©tĂ© bloquĂ© ce mercredi 5 mai.
DĂšs 6h10, une trentaine de lycĂ©en.ne.s se retrouvent devant les portes de l’établissement pour apporter le matĂ©riel nĂ©cessaire au blocus. A 6h40 toutes les portes du lycĂ©e sont bloquĂ©es. Les bloqueur.euses sont de plus en plus nombreux.ses, des pancartes et des banderoles sont affichĂ©es, des tracts dĂ©taillant les revendications sont distribuĂ©s.
Ces revendications sont claires : bac en contrĂŽle continu, soutien aux autres lieux en lutte (Graslin, la Maison du Peuple
), crĂ©ation d’aides aux Ă©tudiant.e.s, mise en place de cours et de temps de dĂ©bat sur les sujets qui touchent les lycĂ©en.ne.s (Ă©cologie, fĂ©minisme, antiracisme
) ainsi que la participation effective des lycĂ©en.ne.s aux dĂ©cisions qui les concernent. Le tout pour assurer un avenir juste et viable (socialement, Ă©cologiquement, Ă©conomiquement
).
À l’arrivĂ©e des Ă©lĂšves, on note trĂšs peu de tentatives de rentrer malgrĂ© tout. Les bloqueur.euses laissent passer les prĂ©pas et les collĂ©gien.nes. Chacun.e semble comprendre les revendications et des slogans sont entonnĂ©s spontanĂ©ment. Tandis que certain.es tiennent le blocus, d’autres Ă©changent avec une direction d’établissement qui, gardant en tĂȘte les violences de la police subies par les lycĂ©en.nes lors des derniers blocus, souhaite Ă©viter tout “dĂ©bordement” allant jusqu’à dire aux policiers nationaux de repartir. Un projet de convergence vers Graslin est envisagĂ© dans les jours qui viennent.
« Tout s’est bien passĂ©, une voiture de police a tournĂ© autour mais rien de plus, il y a eu quelques prises de parole pour exprimer nos revendications et de ressentis de lycĂ©en.nes, on a fait une petite AG pour essayer de rĂ©flĂ©chir Ă  la suite, il y a eu quelques tags aussi, on a tout rangĂ© vers midi, on compte recommencer demain (
) Les Ă©lĂšves sont trĂšs dĂ©terminĂ©-es mais souhaitent Ă©galement passer Ă  d’autres modes d’action, le blocus ne faisant pas toujours l’unanimitĂ© » nous prĂ©cisent les personnes tenant la page Instagram @actionsguisthau.
À Saint-Nazaire, au lycĂ©e Aristide Briand les lycĂ©en.nes se sont regroupĂ©.es dĂšs 6h30 : installation des barriĂšres, des poubelles, palettes et tout le nĂ©cessaire. Jusqu’Ă  9h tout se passe bien, quelques confrontations entre des Ă©lĂšves mobilisĂ©.es et des personnes de l’administration du lycĂ©e afin maintenir le barrage sur des portails. Le lycĂ©e possĂšde plus de 23 entrĂ©es
 C’est une trĂšs grosse citĂ© scolaire.
Vers 9h30 la police tente de retirer des barriÚres et des poubelles. Cela ne plaßt pas mais une négociation pacifique débute. Malgré une situation calme, un camion de police fonce sur un lycéen et un photographe, sans les percuter : les lycéen.nes ripostent avec des jets de pierres, la voiture se fait caillasser. Les vitres sont brisées, la patrouille décampe en attente de renfort.
Vers 10h les premiers jets de lacrymos dĂ©butent. S’ensuit une grosse confrontation pendant une bonne heure ; une lycĂ©enne est interpellĂ©e, puis relĂąchĂ©e aprĂšs 4h de garde-Ă -vue. Vers 11h45 l’arrivĂ©e du maire sur les lieux entraĂźne un arrĂȘt des jets de lacrymo (et de pierres). Une derniĂšre charge a lieu et les lycĂ©en.nes mobilisĂ©.es dĂ©cident de partir car la situation devient trop risquĂ©e dans des rues sans Ă©chappatoire. Le blocus prend fin vers midi et quart.
Nous remercions Thomas Streetphoto, les lycĂ©en.nes de la page @actionsguisthau et LĂ©on Prendesphotos pour leur travail d’information et leurs photos nous ayant permis d’écrire cet article. Le communiquĂ© de presse des lycĂ©e.nes mobilisĂ©.es est disponible sur Instagram : https://www.instagram.com/p/COfybetLGYB/
L’appel de l’UNL pour le 10 mai prochain : https://www.instagram.com/p/COdWBMjBXOG/