Médine et Michel


«Quand j’ai bu plus que d’habitude
Me vient la faim d’un carnassier
L’envie d’éclater une banque
De me crucifier le caissier
[…]
J’ai envie de violer des femmes
De les forcer à m’admirer
Envie de boire toutes leurs larmes
Et de disparaître en fumée»


«Quand j'ai bu plus que d'habitude
Me vient la faim d'un carnassier
L'envie d'éclater une banque
De me crucifier le caissier
[…]
J'ai envie de violer des femmes
De les forcer à m'admirer
Envie de boire toutes leurs larmes
Et de disparaître en fumée»
Michel Sardou

Ce sont les paroles d’une chanson de Michel Sardou en 1973, au milieu de nombreuses productions plus ou moins colonialistes et réactionnaires.

Si Médine s’appelait Michel, non seulement personne ne scruterait ses paroles pour le salir, mais il serait peut-être considéré comme un monument national de la chanson française, invité régulièrement sur les plateaux télé, et il serait interdit de le critiquer.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *