Expulsions locatives avant les JO 2024 : les proprios sont des parasites


Depuis le mois de février, la presse de l’hexagone s’alarme. Les propriétaires parisiens expulsent leurs locataires à tour de bras en prévision des JO 2024, dans l’objectif de louer au prix fort aux touristes cet été.


Les fins de bail auraient ainsi augmenté de 20% en janvier dernier, selon l’agence départementale d’information sur le logement. Ces pratiques d’expulsions déguisées sont illégales. Pour s’inscrire dans la loi, les propriétaires maquillent les véritables raisons de la rupture du contrat de location. Paris est “une zone tendue”, c’est-à-dire une zone où il est difficile de trouver un logement. Les locataires se retrouvent donc sans solution et en galère, dans une ville où les loyers sont déjà excessifs.

Le congé de reprise pour habiter un bien est encadré par l’article 15 de la loi de 1989. Légalement, un propriétaire doit informer par courrier son locataire, en respectant un préavis, qu’il compte récupérer son logement. Le motif de la reprise concerne la vente, ou la reprise afin d’y habiter ou y faire habiter ses proches. Sauf que certains propriétaires indiquent qu’ils reprennent le bail pour l’occuper, alors qu’ils le remettent en location dans la foulée pour le louer plus cher… Un cas de congé de reprise frauduleux.

L’appétit vorace de ces propriétaires charognards est sans limite. Ils vont se gaver grâce à l’afflux de spectateurs du monde entier qui vont débarquer dans la capitale pour la compétition. Exit les locataires, place nette pour les touristes sportifs. Les appartements habituellement consacrés à de la location longue durée se retrouvent sur les sites de location touristique spécialisés tels que Airbnb ou Abritel. L’effet d’aubaine est immense pour ces ordures de proprios…

Près de 16 millions de visiteurs sont attendus à Paris cet été. Les tarifs dans l’hôtellerie explosent. Les hôteliers parisiens font flamber le prix les nuitées de 226% en moyenne. Dès le 26 juillet, date d’ouverture des Jeux Olympiques, la nuit coûte 1033 euros en moyenne.

L’augmentation des coûts des hôtels entraîne mécaniquement l’augmentation des prix sur les plateformes de location de logements de particuliers. Selon «Lycaon Immo» – une plateforme immobilière qui, étonnamment, utilise le nom du lycaon, chien sauvage très carnassier vivant en Afrique – les tarifs moyens sur Airbnb et Abritel d’un logement dans le 20ème arrondissement atteignent 621 euros par nuit sur la période des JO 2024. Ces prix vont même au delà de 2000 euros la nuitée dans certains quartiers cossus parisiens.

Des sommes astronomiques qui vont tomber dans les poches des propriétaires-expulseurs. Pour un propriétaire parisien, louer quelques nuits un bien pendant les JO peut rapporter sans rien faire un an de salaire moyen. C’est ainsi sur fond d’explosion des prix des locations sur la période olympique en région parisienne que des propriétaires véreux expulsent leurs locataires à la pelle.

On savait déjà que l’État prévoit de “réquisitionner” plusieurs milliers de logements dans les résidences universitaires du bassin parisien. Au moins 2000 étudiants vont être virés de chez eux avant le 30 juin 2024. Une forme d’expulsion dissimulée, encore. Ces “réquisitions” pour accueillir le personnel de l’événement sportif ont été validées par le Conseil d’État. Il s’agit pour les autorités de loger les flics, les soignants, secouristes et agents de sécurité, au détriment des étudiants précaires…

Ainsi, ces Jeux Olympiques sont une honte absolue à tous points de vue : une compétition anti-sociale, doublée d’un non-sens écologique. Les indésirables sont expulsés vers les périphéries tandis que de riches touristes profiteront d’hôtels de luxe et d’un événement sportif hors de prix dans la capitale cet été. Des propriétaires parasites virent leurs locataires pour pouvoir se gaver encore davantage.

Ce phénomène n’est que le prolongement de la lutte des classes en cours. Les masses populaires laisseront-elles se dérouler cette mascarade censée redorer l’image à l’international d’un président détesté et honni ? Engageront-elles leurs forces dans la bataille afin de faire dérailler la machine olympique ?


Aurons-nous des Jeux Olympiques populaires du zbeul ou des Jeux Olympiques du divertissement pour ultra-riches ? L’avenir nous le dira…


Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

4 réflexions au sujet de « Expulsions locatives avant les JO 2024 : les proprios sont des parasites »

  1. Vivement un salon de l’immobilier avec des stands de propriétaires charognards, suivi d’un salon France travail avec les stands de la pourriture de l’exploitation. et où la grande bourgeoisie contre-attaque avec une révolution libérale faisant toujours plus de victimes. Les JO c’est du sport washing qui vient par sa vitrine, cacher toute la merde que produisent les bourreaux de la mafia financiere et patronale, assurés par leurs complices de la mafia d’état (gouvernement) et de ce redoutable outil que sont les pourritures de médias de masse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *