Récapitulons :

D’un côté, des gamines de 14 ans sont mises en examen pour “apologie de terrorisme” pour avoir dit, alors qu’elles se faisaient embêter par les contrôleurs de la TAN : « On est les sœurs Kouachi »

Un autre passant aurait dit à des CRS – dotés de grenades mortelles, rappelons le – «Jeter des grenades, ça je sais faire».

Mises en examen.


De l’autre, un rassemblement de néo-nazis tient une conférence de presse le 18 janvier à Paris. Renaud Camus, vieux routard de l’extrême droite se permet de d’appeler à la lutte armée contre les musulmans, devant un parterre de journaliste dans un hôtel parisien : «il n’y a d’alternative qu’entre la soumission et la lutte armée».

Aucune poursuite. Sa parole est même médiatisée, diffusée. Tranquille.


Tout va bien en France socialiste.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.