Les mutilations du 22 février classées sans suite


Le 22 février 2014, lors de la grande manifestation contre l’aéroport, la police tirait sur la foule, et mutilait 3 personnes.


Quentin, Damien et Emmanuel perdaient définitivement l’usage de leur œil, touché par des tirs de flashball et de LBD. Des dizaines d’autres personnes étaient blessées à des degrés divers par les armes de la police.

Depuis un an, des peines énormes s’abattent sur des manifestants : un an de prison pour un fumigène, plusieurs mois pour du verre brisé, de nombreuses interdictions de territoire …

Mais aujourd’hui, les magistrats de Nantes prononcent un “non-lieu” dans les affaires de mutilations causées par la police.

http://www.nantes.maville.com/actu/actudet_-manif-du-22-fevrier-2014-six-plaintes-de-blesses-classees-sans-suite_loc-2748380_actu.Htm

Encore une fois la justice donne carte blanche à la police pour tuer et mutiler. Déjà, en 2012, le tribunal de Nantes avait relaxé un policier qui avait gravement blessé à l’oeil un lycéen de 16 ans.

Pas de justice, pas de paix !

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.