Droit de suite : l’affaire Maryvonne


Le Canard Enchaîné a enquêté sur “l’affaire Maryvonne”, cette grand-mère soi-disant chassée de sa maison par des méchants “squatteurs” d’extrême gauche à Rennes.


Finalement, les mensonges sont allé encore beaucoup plus loin que tout ce qu’on avait pu imaginer :

  • Maryvonne n’est pas propriétaire unique de la maison.
  • La maison était mise en vente depuis 2013.
  • La maison était abandonnée depuis 12 ans. Oui, 12 ans.

En d’autres termes : la maison n’était ni habitée, ni habitable, ni même supposée être habitée à l’avenir par Maryvonne puisqu’elle était déjà mise en vente. Les occupants n’ont fait que retaper et s’installer dans une maison délabrée, en vente, vide depuis plus d’une décennie.

Maryvonne, les fascistes et autres bonnets rouges qui l’ont soutenue sont donc des mythomanes aggravés, des manipulateurs.

Pourquoi revenir sur cette affaire ?

Parce qu’elle illustre particulièrement la complicité hallucinante entre les médias et l’extrême droite la plus radicale. Alors mêmes que nos luttes sont systématiquement diabolisées, les violences policières étouffées, les médias – et en particulier Ouest France – reprennent à leur compte les manipulations les plus immondes des fascistes.

L’heure est grave.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.