L’État maintient la pression sur les opposants


Un nouvel épisode de la lutte anti-aéroport a eu lieu ce 19 janvier à Nantes


Photo prise par ValK ::: photos ce jour devant le tribunal
  • Après la répression totalement disproportionnée qui s’est abattue sur les opposants à l’aéroport lors d’une banale opération escargot la semaine dernière – 19 garde à vue, 19 véhicules placés en fourrière pour plusieurs semaines, 19 poursuites judiciaires.
  • Après l’interpellation de trois paysans anti-aéroport et la confiscation de leurs tracteurs par la gendarmerie, alors qu’ils rentraient chez eux, lundi dernier au soir.

L’État semble bien décidé de maintenir la pression. Au lieu de rendre leur outil de travail à ces paysans, la gendarmerie les a convoqué ce matin. La Justice était bien décidée à les faire passer en procès dans la foulée, en comparution immédiate ! Après avoir demandé un report du procès pour assurer leur défense, les paysans sont placés sous contrôle judiciaire. Ils n’ont pas le droite de circuler dans l’agglomération nantaise, et leurs tracteurs restent confisqués jusqu’au procès, dans un mois ! L’un d’eux devra même pointer à la gendarmerie toutes les semaines d’ici là.

Malgré l’urgence, une centaine de soutiens étaient présents contre cette répression.

Ces nouveaux évènements montrent que l’État veut intimider celles et ceux qui pourraient résister contre une éventuelle expulsion de la ZAD … avant un passage en force ?


http://www.nantes.maville.com/actu/actudet_-nddl-l-audience-des-trois-prevenus-est-reportee-au-23-fevrier_loc-2905380_actu.Htm

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.