Nantes, Paris, Rennes : le triomphe de la police politique


Surveiller et punir. Qu’est-ce que nous apprennent les affaires de Rennes, Paris et Nantes ?


À Rennes, quelques militants avaient prévu de mettre de la mousse expansive dans des distributeurs de tickets de métro pour permettre la gratuité des transports. Surveillés, infiltrés, ils sont arrêtés, enfermés, et accusés de «sabotage en bande organisée». Ils encourent 7 ans de prison. À Nantes – et ailleurs – des dizaines d’interdictions de manifestation pleuvent sur des personnes suspectées d’être militantes, et dureront jusqu’à la fin de l’état d’urgence. À Paris, après l’incendie d’une voiture de police, quatre personnes dorment en prison, sans aucune preuve, pour «tentative d’homicide sur une personne dépositaire de l’autorité publique». Ces trois affaires sont liées : elles ont été construites par les services de renseignement.

Ces nouveaux dispositifs illustrent le triomphe de la police politique, avènement permis par l’état d’urgence. Les services de renseignement peuvent à présent fabriquer des affaires de toutes pièces.

Une petite action non violente sur des distributeurs de tickets à Rennes se transforme en «commando de saboteurs», 19 militants sont arrêtés, le parquet réclame leur placement en détention. Pire, à Paris, des militants sont jetés en prison sur de simples présomptions. Les arrestations se font sans aucune preuve, aucun élément. Il faut des têtes. Quelques heures après l’incendie de voiture, on arrête quatre militants connus, désignés par la DGSI. «Leur implication dans l’incendie du véhicule n’est pas établie» avouent même les enquêteurs. L’arrestation des suspects repose uniquement les «notes blanches» des services du ministère de l’Intérieur. Tout le dispositif s’articule entre les services de renseignement et le storytelling gouvernemental. En dehors de tout cadre légal ou judiciaire.

En définitive, les services secrets peuvent aujourd’hui faire tomber n’importe qui sur de simples présomptions. Il ne s’agit pas de détails, on parle aujourd’hui de procès aux Assises. De prison à perpétuité. De vies brisées. Déplaire au ministère de l’Intérieur expose désormais à des années derrière les barreaux.

Nous avons assisté ces dernières années à la reconfiguration du maintien de l’ordre avec un armement de plus en plus violent. Nous entrons aujourd’hui de plain pied dans un nouvelle définition de la justice en France : une justice d’exception permanente, où la police surveille et punit.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don