Quelques illustrations récentes de la guerre en cours


C’est bien une guerre de basse intensité médiatique, politique et sociale qui a lieu depuis des mois dans une France sous état d’urgence, secouée par un puissant mouvement social.


  • Référendum sur l’aéroport : arnaque et botanique. On l’a vu, restreindre la consultation à l’échelle d’un département était une arnaque flagrante pour faire passer le “oui”. Mais un élément plus important est passé inaperçu : il n’y a pas eu «de commission de contrôle pour veiller sur les bureaux. «La police du bureau de vote appartient au président du bureau de vote» avait précisé le préfet. C’est le journal 20 Minutes qui nous l’apprenait début juin. Le résultat à Nantes s’était joué à quelques dizaines de voix près. L’absence de commission de contrôle – normalement présentes à chaque élection – lors d’un tel scrutin est la porte ouverte à tous les trucages. En attendant l’attaque militaire de la ZAD.
    http://20minutes.fr/nantes/1860947-20160608-dame-landes-comment-deroulera-fameuse-consultation-26-juin
  • Le 30 juin, à Rennes, un policier se suicide dans un commissariat avec son arme de service. Il travaillait à la DGSI, les services de renseignement du gouvernement. La DGSI c’est la police politique qui dispose des pleins pouvoirs depuis le début de l’état d’urgence. C’est également à Rennes que les services de renseignement ont transformé une banale affaire de blocage économique menée par des syndicalistes dans le métro en «association de malfaiteurs» et «sabotage» en avril dernier. À Rennes aussi qu’un étudiant a été mutilé par une balle en caoutchouc. À Rennes encore, où l’on a envoyé la police anti-terroriste pour expulser un squat en mai. Remords ? Pressions ?
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/rennes-suicide-d-un-policier-de-la-dgsi-a-l-hotel-de-police-30-06-2016-5928547.php
  • Bordeaux encore : en déplacement pour vendre le bilan du PS, le porte parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, intervient dans une salle solidement barricadée par la police. La soirée tourne au cauchemar : de nombreux spectateurs interviennent, huent, chahutent le ministre. Le service d’ordre cogne et expulse toutes les personnes qui manquent de déférence à l’égard du PS, avant de les livrer aux flics. La salle fini quasi-vide, sous le regard bovin d’élus socialistes. Un fiasco qui préfigure l’université d’été du PS à Nantes ?
    http://rue89bordeaux.com/2016/06/a-bordeaux-stephane-le-foll-affole-les-decus-du-ps/
Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.