De Nantes à Bologne, solidarités ingouvernables !

À Bologne, dans le nord de l’Italie, une mobilisation est en cours contre l’installation d’un système de sécurité à l’entrée de la bibliothèque au cœur de l’université, fondée il y a presque mille ans. Les barrières sont démontées et la fac occupée. La police est envoyée pour charger les étudiant-e-s dans la bibliothèque. Des affrontements ont lieu, la répression s’acharne contre certains manifestants. La mobilisation déborde largement le cadre du contrôle des espaces de savoir. On retrouve dans les rues le mot d’ordre du moment : « ingouvernable ».

À la fac de Nantes, une banderole est déployée en solidarité ce jeudi 16 février. L’action est revendiquée par des membres de Génération Ingouvernable, qui distribuent ce texte :


« De Nantes à Bologne Solidarité

Les étudiant-e-s de l’université de Bologne se mobilisent depuis bientôt trois semaines pour empêcher l’installation d’un système de sécurité et de barrières qui limiteraient l’accès à leur bibliothèque de sciences humaines.

Depuis le début du mouvement ils doivent faire face à une forte répression policière. Suite à la manifestation vendredi dernier, 10/02/17, trois étudiant-e-s ont été arrêté-e-s et placé-e-s en garde à vue. L’une d’elle est sortie au bout de quelques heures, les deux autres, Orlando et Sara, ont passés la nuit au poste. Depuis il et elle sont assigné-e-s à résidence. Opposons nous ensemble à toute forme de répression, qu’elle soit policière ou judiciaire, et partout contre tout gouvernement continuons à nous mobiliser et à lutter !

De Nantes à Paris, de Washington à Seattle, de Bologne à Susa :

« La génération ingouvernable » est partout.

Soutien au 36 de Bologne

Sara e Orlando Liberi !

Page facebook du Collettivo Universitario Autonomo Bologna : https://www.facebook.com/cuabologna/

Texte Bologne pour une génération ingouvernable

original : http://www.infoaut.org/…/18231-bologna-per-una…

traduction : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article153340 »

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.