La police se cagoule

En 2009, le gouvernement de Nicolas Sarkozy publiait un «décret anti-cagoule», qui punit d’une lourde amende toute personne qui «dissimule volontairement son visage afin de ne pas être identifiée lors de manifestations publiques».

En avril 2017, le gouvernement de François Hollande commande 80.000 cagoules pour les policiers – des «exemplaires noirs en tissu jersey avec une ouverture ovale au niveau des yeux» selon la presse qui ajoute que «près des deux tiers seraient déjà arrivés dans les services». Les socialistes institutionnalisent l’anonymat, et donc l’impunité des policiers. A mesure que les manifestants sont de plus en plus surveillés, fouillés, contrôlés et filmés – y compris depuis des hélicoptères –, dans un mouvement diamétralement opposé, les policiers, masquent leurs visages, leurs matricules, et refusent d’être filmés.

Le ministère de l’Intérieur ose prétendre que «la cagoule ne doit être utilisée qu’à titre exceptionnel», c’est à dire lors «d’opérations en lien avec la radicalisation, le terrorisme, le grand banditisme». Pourquoi dans ce cas, acheter avec l’argent public plusieurs dizaines de milliers de cagoules ?

Du reste, les policiers les plus violents et ceux dotés d’armes ont généralement déjà le visage masqué en manifestation, pour éviter d’être identifiés. Par exemple, c’est le cas depuis des années de la Brigade Anti-Criminalité de Nantes.

Donc après avoir voté «l’assouplissement de la légitime défense» qui garantit aux agents qui utilisent leurs armes à feu l’impunité judiciaire, le pouvoir leur garantit également l’anonymat. Curieuse image, jadis réservées aux dictatures latino-américaines que ces forces de l’ordre armées au visage masqué. La France : avant-garde de la militarisation du maintien de l’ordre en Europe.


Source : http://www.leparisien.fr/faits-divers/police-le-port-de-la-cagoule-toujours-autorise-mais-a-titre-exceptionnel-03-04-2017-6818964.php

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.