Lundi 5 février : l’État fait son show sur la ZAD

Ce lundi matin, plusieurs dizaines de camions de Gendarmes Mobiles appuyés par un hélicoptère ont été déployés sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, et en particulier sur la RD 281, la fameuse ancienne «route des chicanes». Mais visiblement, il ne s’agit ni d’expulser les lieux de vie aux abords de la route, ni de «débloquer» l’accès, puisque la voie est libre : elle a déjà été déblayée la semaine dernière par le mouvement.

Alors, quel est l’objectif ? Permettre aux débroussailleuses du Conseil Départemental de venir tailler les haies en bordure de la route… Un tel dispositif pour faire intervenir deux véhicules de jardinage à de quoi faire sourire. C’est l’État qui bloque la route lui même, beaucoup plus efficacement que les chicanes qui s’y trouvaient.

Il s’agit donc d’une opération de com’. Un Spectacle. La preuve : tous les médias ont été invités à prendre des images du déploiement de forces de l’ordre au cœur de la zone et Johann Mougenot, le directeur de cabinet de la préfète, s’est même offert une interview sur la fameuse route. Les comptes Twitter du Conseil Départemental et de la préfecture relaient aussi en temps réel des images de l’événement. Les communicants sont à l’œuvre.

En bref, les autorités s’offrent un coup de pub – à grand frais – qui leur permet de montrer au public que «l’État de droit» est de retour sur zone. Il faut bien montrer les muscles, pour faire oublier la victoire du mouvement anti-aéroport.

Reste une question : comment cette petite provocation sera-t-elle interprétée par les différentes composantes anti-aéroport, à quelques jours du grand rassemblement du 10 février ? Pour l’instant, le mouvement anti-aéroport est plus raisonnable que l’État, et appelle à “ne pas faire monter la tension”. Affaire à suivre.


“À partir du moment où aucune intervention sur des habitats n’est programmée, nous ne souhaitons pas faire monter la tension ni avec les ouvrier.e.s ni avec le dispositif policier. Nous demandons aux personnes qui arriveront pour la mobilisation du 10 d’être conscient de ces enjeux et à la Préfecture de cesser de faire monter la tension de son côté.”

https://zad.nadir.org/spip.php?article5126

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.