La BAC en flagrant délit

Samedi 31 mars, la manifestation contre les expulsions est finie depuis deux heures, les participants ont été contraints de se disperser dans les gaz et les charges injustifiées de la police. Quelques dizaines de personnes se retrouvent dans un autre quartier, en bas du grand bâtiment réquisitionné pour les exilés sans logis. Une détonation retentit. La BAC vient de jeter totalement gratuitement une grenade en bas de la rue. Une manifestante armée de son seul appareil photo est blessée. Voici son témoignage :

“Nous nous dirigeons vers la résidence Bréa, qui devait être notre point d’arrivée de la manif. 2 voitures de la bac arrivent nous nous en approchons. Ils sortent et lancent une grenade de désencerclement. Pas eu le temps de me retourner, elle explose à mes pieds. Un copain et moi recevons quelques éclats de projectile […] alors que je n’avais qu’un appareil photo sur moi, je ne pense pas présenter une menace surtout à des hommes entraînés au combat, et de surcroît armés.

J’ai découvert une autre blessure similaire sur la cuisse, soit 3 impacts sur la même jambe et 1 sur le nez. Voici le lanceur de grenade pris en flag avant que je découvre que la grenade est à mes pieds et qu’elle n’explose, avant que je n’aie le temps de me tourner ou m’éloigner.

Je suis non violente et je me prends une grenade. Ma seule arme est un appareil photo. c’est si menaçant un appareil photo?”

La grenade a été lancée de façon totalement illégale et injustifiée. En bas d’un lieu non expulsable, où les gens venaient simplement se rassembler pour passer la soirée tranquillement. Police ou commando fasciste armé et dangereux agissant hors de tout cadre légal ? À vous de juger.


Une photo prise juste au moment de l’explosion de cette grenade. Une preuve supplémentaire que ces policiers ont délibérément jeté une grenade très dangereuse sur une foule de quelques personnes paisibles à visage découvert.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don