Nantes : les grèves se multiplient


Sur le port, à la biscuiterie, dans les gares, dans les maisons d’accueil de jour … les résistances et les grèves se multiplient en ce début d’été. Tour d’horizon.


SUR LE PORT

Il y a sur le port de Nantes des métallos en lutte depuis 8 jours ! L’entreprise Descours et Cabaud, implantée au bord de la Loire, fournit de l’acier pour la construction. Et maltraite ses salariés. Paies de misères, accidents du travail, coups de pression, boulot épuisant … Les métallos nantais n’en peuvent plus. Et pourtant, l’entreprise présente dans 13 pays réalisait en 2017 un chiffre d’affaire de 3,6 milliards !
Depuis 8 jours, la quasi totalité des ouvriers de l’entreprise sont en grève avec piquet, actions, banquet devant la préfecture … Leur banderole résume l’état d’esprit dans la boite : « ici c’est Germinal ». Et non seulement la direction n’écoute rien – alors que la grève lui coûte plus cher que d’accepter les augmentations réclamées par les grévistes – mais en plus elle réprime. Pour avoir bloqué un bateau, une rue et distribué quelques tracts, 17 travailleurs étaient convoqués devant la justice – qui fait, cette fois ci, preuve d’une extrême rapidité – ce jeudi 28 juin. Mais l’équipe est soudée, courageuse et solidaire. Le conflit pourrait donc se durcir en cas de sanctions contre les grévistes, qui ne lâchent rien !

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/julien-lescour-40-ans-guerrier-metallo-5850221

À LA BISCUITERIE

À Vertou, au sud de Nantes, l’usine qui fabrique les BN, biscuits nantais mondialement connus, entre aussi en phase de turbulence. Le syndicat appelle à la grève vendredi 29 juin. En cause, notamment la suppression de 10% des effectifs, qui aggravent les conditions de travail et contrarient les congés. La CGT dénonce aussi les primes indécentes que les dirigeants s’offrent généreusement dans un contexte d’austérité généralisée. Une grève hautement symbolique. Affaire à suivre.

https://nantes.maville.com/actu/actudet_-vertou.-debrayage-a-la-biscuiterie-nantaise_fil-3478635_actu.Htm

DANS LES GARES

Comme dans le reste de la France, des grèves se poursuivront cette été à la SNCF. Alors que Macron a mis en scène la signature de sa loi contre les cheminots, les travailleurs du rail ne lâchent rien, et envisagent même de continuer à la rentrée. Même si le principe de la grève perlée a été insuffisant pour faire vaciller un gouvernement de combat, la colère reste bien présente, et n’est pas prêt de retomber.

CENTRES D’ACCUEIL

Nantes vit une véritable crise humanitaire, après plusieurs expulsions de lieux accueillant des exilés. Aujourd’hui, des dizaines de femmes, d’enfant et d’hommes dorment dans des tentes au square Daviais, en plein cœur de Nantes. Les associations se disent débordées, et peinent à apporter des repas aux nombreuses personnes dans le besoin. Les stocks alimentaires arrivent à saturation ! Dans ce contexte, les accueils de jour étaient fermés mercredi 28 juin, et une manifestation a réuni plus de 300 personnes à midi devant la préfecture.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/nantes/accueil-jour-associations-denoncent-situation-critique-nantes-1502879.html


Les attaques gouvernementales contre le droit des salariés et l’accueil des exilés ont des conséquences extrêmement concrètes et immédiatement perceptibles à Nantes comme ailleurs. Travailleurs en souffrance, répression des luttes, personnes à la rue de plus en plus nombreuses… ce gouvernement mène une guerre sociale contre les moins riches. Et les luttes se multiplient. Il manque encore une étincelle.


Du pont de Cheviré à la préfecture, les grévistes de Descours et Cabaud le 26 juin :


Un syndicaliste de chez BN nous fait savoir que la presse a censuré le communiqué de grève en supprimant la phrase méprisante prononcé par le directeur de l’entreprise. Voici le communiqué complet :

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.