Nantes : «mardi noir» des lycéens


Après quatre semaine de silence et de répression, Macron a fait son discours hier. La jeunesse, et en particulier les lycéens, sont les grands oubliés des annonces. Ils n’ont même pas été mentionnés, alors que des dizaines de milliers de jeunes manifestent dans toute la France depuis deux semaines, et qu’ils subissent une répression délirante. Le mépris du gouvernement pour les plus jeunes est sans limite. Un “mardi noir” était donc annoncé dans les bahuts.


Ce matin, plusieurs lycées de Nantes et des environs étaient bloqués, avec parfois des barricades et des feux de poubelles devant les établissements. «Macron n’a rien dit sur les lycéens», «on n’est pas écouté on casse pour qu’on nous écoute» expliquaient des bloqueurs.

La police n’a pas hésité à gazer les rassemblement dès le lever du jour. Un journal osait titrer «peu de lycées touchés par la grève», mais ne précisait pas que la plupart des établissements de la ville, bloqués ces derniers jours, sont fermés administrativement ou gardés dès l’aube par des CRS qui empêchent toute mobilisation.

À Beaulieu, une course poursuite entre la police et les lycéens a eu lieu jusque dans le parking du centre commercial

Des lycéens des Bourdonnières racontent la matinée : «Avant 7h, ça a commencé à bloquer mais l’administration à tenter de débloquer. On devait être 200 ou 300 lycéens. 5 camions de CRS sont arrivés, et c’est parti en émeute entre la Joliverie et les Bourdonnières, pendant environ 1h. […] Ça caillassait, on sentait une vrai motivation, on était peut-être 200 ou 300 au total comme lycéens, et la BAC est arrivée, ils ont chargé et tout le monde s’est dispersé, au final y en a qui ont rejoint les différents blocages, y a eu des interpellations». D’autres affrontements ont eu lieu devant le lycée Mandela.

Dans l’après-midi quelques centaines de lycéens manifestaient dans le centre-ville, encadrés par un important dispositif policier qui menaçait de nasser le cortège. La posture agenouillée les mains sur la tête en solidarité avec les lycéens de Mantes-la-Jolie a été reproduite par des dizaines de manifestants. Le défilé continuait à 16h.

Une autre action de la jeunesse est d’ors et déjà annoncée pour jeudi. Les lycéens et lycéennes montrent la voie, soutenons-les !

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.