Le gouvernement en guerre contre son peuple


Armes de guerre, chiens démuselés et “parachutistes” à moto


Dans le Canard Enchaîné de cette semaine, deux articles confirment une nouvelle fois que nous vivons bien une période de guerre.

Une guerre sociale, menée par un gouvernement en roue libre, contre sa propre population.

  • Le journal confirme que la police utilise bien des armes de guerre contre les manifestants. Les Lanceurs de Balles de Défense, et les nouveaux fusils “multi-coups” qui ont mutilé des centaines de personnes sont, à l’origine, des lanceurs de grenades utilisés en temps de conflit armé par des militaires. Même la réglementation internationale officielle en matière d’armement refuse de classer de l’arsenal du maintien de l’ordre français comme des “armes civiles”. Il s’agit bien d’armes de guerre, le ministère de l’Intérieur lui-même le reconnaît dans ses appels d’offre.
  • Le nouveau préfet de Paris, Lallement, est un sanguinaire. Le Canard révèle qu’il a déployé des brigades cynophiles pour attaquer les Gilets Jaunes, et a donné l’ordre de “démuseler” les chiens d’attaque. On se croirait dans une dictature latino-américaine ou une zone occupée. Ensuite, il a déployé 170 motos pour aller charger les cortèges. Le retour des “voltigeurs” (des policiers à moto ultra-violents) de l’époque de Pasqua, mais en beaucoup plus dangereux, puisqu’ils sont aujourd’hui équipés de grenades explosives et de lanceurs de balles en plus des matraques. Ces motards de combats sont surnommés affectueusement par le préfet “mes parachutistes”. Une référence ouvertement coloniale. Chez les plus hauts fonctionnaires de l’État français, il s’agit donc bien d’une guerre. Et les Gilets Jaunes sont des ennemis à anéantir avec des moyens militarisés.

On se demande jusqu’à quand la gauche, les syndicats, les associations et ce qui reste de partis qui se considèrent comme “démocrates” vont assister sans réagir (ou presque) à l’installation d’un régime pré-fasciste en direct, sous leurs yeux.

Quand la police tirera à balles réelles ?

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don