📨 À LA POSTE : MISE EN DANGER DES TRAVAILLEURS, 300 000 MASQUES DONNÉS À LA POLICE

« Pour les dirigeants de La Poste, le virus de la recherche du profit est plus fort que l’intĂ©rĂŞt gĂ©nĂ©ral »

Un facteur nantais s’insurge : « Les facteurs viennent d’apprendre avec stupĂ©faction que les masques qui sont rationnĂ©s pour les postiers, et que nous voulions donner aux blouses blanches Ă  Nantes, vont ĂŞtre donnĂ©s Ă  la police ».

Le 25 mars, constatant la pĂ©nurie gravissime de masques pour les soignants, le ministère de l’IntĂ©rieur voulait rĂ©cupĂ©rer les masques FFP2 que possède la police pour les donner aux agences rĂ©gionales de santĂ©. ImmĂ©diatement, les syndicats policiers ont piquĂ© une colère, menaçant le gouvernement d’arrĂŞter de mettre des amendes … En pleine crise, la police française tente le scandale pour Ă©viter de donner ses masques aux soignants. Deux jours plus tard, le gouvernement trouve la solution : prendre les masques qu’il reste Ă  La Poste pour les offrir aux forces de l’ordre.

Les facteurs exposĂ©s au Coronavirus sont choquĂ©s : ils souhaitaient donner leurs masques au personnel soignant. Finalement, leur direction les prive de protection pour les offrir aux forces de l’ordre ! Entretien avec un travailleur nantais de la Poste qui dĂ©nonce les conditions de travail et les logiques de la direction :

« Je suis syndiquĂ© CGT, je travaille Ă  la Plateforme de Distribution du Courrier de Nantes Bretagne. C’est lĂ  que travaillent, et d’oĂą partent, tous les facteurs et autres postiers du centre-ville de Nantes.

Chez nous Ă  La Poste, le nombre de malade est impossible Ă  estimer, le gouvernement Ă©tant incapable d’organiser un dĂ©pistage massif des habitants. Les mĂ©decins diagnostiquent un covid19 Ă  un certain nombre de postiers et leur prescrivent des arrĂŞts de travail, mais sans bien souvent qu’il y ait de test rĂ©el. On sait par les rĂ©seaux sociaux et le bouche Ă  oreille que tel bureau de poste, tel centre courrier ou tel groupe de collègues est renvoyĂ© chez lui pour « quatorzaine ».

La situation Ă  La Poste est très difficile Ă  plein de niveaux. Sur Nantes, les fonctionnaires du Conseil GĂ©nĂ©ral, de l’Éducation Nationale, du Ministère des Affaires Étrangères, ont très vite Ă©tĂ© confinĂ©s et mis Ă  l’abri. Pas les postiers : on a reçu l’ordre de continuer Ă  travailler.

Un certain nombre de collègues ont Ă©tĂ© renvoyĂ©s chez eux : ayant des problèmes de santĂ© autres que le Covid19, et puis il y a les parents qui ont besoin d’ĂŞtre aux cĂ´tĂ©s de leurs enfants. Il y a donc moins de monde Ă  travailler : des tournĂ©es de facteurs se retrouvent sans facteurs, et les remplaçants sont submergĂ©s de courriers et colis Ă  traiter.

La dĂ©cision de donner les 300 000 masques au Ministère de l’intĂ©rieur n’a Ă©tĂ© nĂ©gociĂ©e – que je sache – avec aucune fĂ©dĂ©ration syndicale. Il s’agit apparemment d’un deal fait au plus haut niveau, entre le PDG de La Poste et Castaner : ni aux soignants, ni aux postiers. La direction ne fournissait pas de masques pour se protĂ©ger au sein du centre pendant les opĂ©rations de tri du courrier mais la mobilisation des facteurs a permis d’en obtenir pour l’extĂ©rieur.

Le personnel hospitalier, qui risque sa vie tous les jours pour en sauver d’autre, nous supplie de rester chez nous car c’est la meilleure aide que l’on puisse leur apporter. Or La Poste continue Ă  nous faire travailler pour distribuer en grande partie du produit qui pourrait très bien attendre, comme des publicitĂ©s, des commandes internet non urgentes, etc …

Il y a des courriers très importants, des colis très importants : on pourrait très bien travailler beaucoup moins, et assurer le minimum d’exposition aux risques. Au contraire la direction de La Poste – avec la complicitĂ© du gouvernement – continue Ă  travailler du produit non urgent, mais qui lui rapporte du profit. La Poste aurait pu dĂ©velopper le portage de courses vers les personnes âgĂ©es isolĂ©es recluses chez elles par la peur du Covid19 : silence radio lĂ -dessus. Cela ne doit pas ĂŞtre assez rentable.

Par contre les dirigeants de La Poste n’ont pas perdu de temps pour mettre au chĂ´mage partiel tous les salariĂ©s de sa filiale « MEDIAPOST », ils ont aussi mis au chĂ´mage des milliers d’intĂ©rimaires et de CDD du fait de la chute d’activitĂ©. Ces postiers vont perdre de l’argent, alors qu’avec les profits Ă©normes rĂ©alisĂ©s en 2019, 822 millions d’euros, La Poste a largement les moyens de les payer Ă  100%.

Pour les dirigeants de La Poste, le virus de la recherche du profit est plus fort que l’intĂ©rĂŞt gĂ©nĂ©ral. Le syndicat CGT dĂ©nonce cette politique qui va Ă  l’encontre des efforts faits par toute la population pour se confiner et se protĂ©ger de la contamination de ce virus mortel. Cela nous rĂ©volte. Il faut nous prĂ©parer dès maintenant Ă  nous battre collectivement. »

Pour suivre les actions des facteurs nantais, rdv sur Section CGT Nantes Bretagne