Nantes : la fresque hommage refaite Ă  neuf


Nos reporters sont allĂ© voir la restauration de la fresque sur l’Ă®le de Nantes en hommage Ă  Steve. Première surprise, il n’y a pas un mais deux murs rĂ©alisĂ©s. SolidaritĂ©, messages, protection, les deux artistes ont acceptĂ© de rĂ©pondre Ă  quelques questions.


Que s’est-il passĂ© ?

Nous avions peint cette fresque l’Ă©tĂ© dernier, alors que Steve Ă©tait encore portĂ© disparu, sur un grand mur du Quai Wilson, Ă  l’endroit de la charge policière. Il Ă©tait par la suite devenu un lieu de recueillement et d’hommage. La fresque a Ă©tĂ© saccagĂ©e deux fois en une semaine au mois de fĂ©vrier. La première fois par des tags indignes comme «glou glou» et signĂ©s «ultra droite», que nous n’avions pas eu de mal Ă  retirer. La deuxième fois, de façon beaucoup plus importante, avec un symbole fasciste de plusieurs mètres sur le portrait du dĂ©funt, et une grande coulĂ©e de goudron sur tout le mur. Ce saccage avait suscitĂ© une vive Ă©motion et une forte solidaritĂ©, avec des dons pour refaire cette peinture Ă  l’identique, preuve que beaucoup de gens sont attachĂ©s Ă  ce mur et souhaitent que la mĂ©moire de Steve ne soit pas oubliĂ©e.

Comment s’est passĂ© la restauration et qu’avez vous changĂ© ?

Nous avons rĂ©alisĂ© la mĂŞme fresque Ă  quelques exceptions près : plusieurs dĂ©tails font Ă©cho Ă  l’actualitĂ©, notamment avec l’ajout d’un drone et la prĂ©sence d’infirmières, en première ligne mais elles aussi victimes de rĂ©pression. Il y a aussi un deuxième mur, rĂ©alisĂ© par le collectif BlackLines, juste Ă  cĂ´tĂ©. Un pochoir a aussi Ă©tĂ© posĂ©. Une façon de ne rien cĂ©der Ă  l’extrĂŞme droite. Ă€ prĂ©sent, la question «OĂą est la justice ?» s’ajoute Ă  «Que fait la police ?». Car près d’un an après les faits, aucune sanction n’a Ă©tĂ© prise contre les agents qui ont chargĂ© le 21 juin ni contre les donneurs d’ordre.

Quelles sont vos impressions ?

Des forces de l’ordre de presque toutes les unitĂ©s possibles sont venues rĂ´der autour de nous. Depuis le confinement, on dirait que la rue est aux forces de l’ordre. Ce qui nous a marquĂ©, ce sont les quais de Loire, qui sont dĂ©sormais barricadĂ©s : il y a des grilles, des barbelĂ©s. L’endroit est comme privatisĂ© ou militarisĂ©, et on imagine mal comment un rassemblement ou une fĂŞte pourrait Ă  nouveau se tenir ici. Comme si le problème c’Ă©tait les quais de Loire, et pas la police. On dirait que tout est fait pour pointer d’autres responsabilitĂ©s : l’endroit de la fĂŞte, l’absence de grilles ou le rĂ´le de a mairie, pour faire oublier la seule question cruciale : la violence policière. Si la police n’avait pas chargĂ© et tirĂ© des dizaines de munitions sur les fĂŞtards, Steve serait encore lĂ .

Comment protéger la fresque ?

Rien ne peut empĂŞcher la fresque d’ĂŞtre Ă  nouveau saccagĂ©e malheureusement, Ă  moins de camper devant, et encore… On remarque qu’il y a des camĂ©ras partout Ă  cet endroit, dont plusieurs qui donnent directement sur ce mur et aux alentours, mais les fascistes semblent avoir, Ă  Nantes, une Ă©tonnante impunité…

Un mot de la fin ?

Merci beaucoup à toutes les personnes qui ont contribué à la restauration. La lutte continue.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.