Paris : une main arrachée et plusieurs blessés


La nouvelle grenade GM2L mutile encore


Les faits ont eu lieu hier soir, en fin de manif contre la «loi de sécurité globale» à Paris. Pour disperser les manifestants Place de la République, les forces de l’ordre ont tiré de très nombreuses grenades explosives dites GM2L depuis leurs grilles anti-émeute. Dans la confusion, une grenade est tombée très près d’un journaliste, manquant de le blesser gravement. Un autre homme a été mutilé à vie.

Ce soir, l’avocat du blessé confirme que l’homme a «perdu les 5 doigts de sa main droite. Il est toujours hospitalisé. Il essayait d’attraper une grenade pensant que c’était une grenade lacrymogène» selon le journaliste Clément Lanot. Il est quasiment certain qu’il s’agit d’une munition GM2L, contenant une grosse charge explosive, qui a causé ce nouveau drame.

La semaine dernière, c’était un jeune homme de 24 ans, Dylan, qui était très gravement blessé par cette même arme à Nancy en marge d’une manifestation contre la. Loi de sécurité globale : en explosant, la grenade avait propulsé un éclat très profondément dans son bras. Il a perdu énormément de sang, et a été pris en charge par des médics de la manifestation alors que la police continuait à gazer. En décembre dernier, des pompiers recevaient un déluge de ces mêmes grenades explosives, et plusieurs étaient blessés à Paris.

Une autre personne a été évacuée avec une grave blessure à la tête au même endroit au même moment hier à Paris, probablement un tir de LBD. Pendant que l’État utilise des armes de guerre contre des manifestants sans protections ou presque, les médias de préfecture s’apitoient depuis 24h sur le souffle d’une flamme qui n’a blessé personne devant une ligne de policiers surprotégés.


La nouvelle grenade explosive : https://www.contre-attaque.net/la-nouvelle-grenade-explosive/

La blessure de Dylan : https://actu.fr/grand-est/nancy_54395/j-avais-un-trou-dans-le-bras-dylan-un-passant-blesse-a-nancy-lors-d-une-manifestation-temoigne_37818844.html

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.