FC Nantes : lacrymogènes contre les supporters


Des grenades devant le stade de la Beaujoire et sur le périphérique


Ce dimanche 13 décembre, les groupes de supporters du FC Nantes appelaient à manifester, juste avant un match à huis clos, contre la présidence du club. Le mot d’ordre était de réclamer le départ de la direction du club : le milliardaire Polonais Waldemar Kita impliqué dans plusieurs affaires financières douteuses.

Un supporter nous raconte : «On était 400 à partir de la mairie annexe de Ranzay direction le stade. Mais dès qu’on a voulu rentrer sur le parking, désert, pour aller vers le stade on a vu un des CRS balancer une grenade de désencerclement en cloche dans le cortège. Sans sommation, rien. Puis ont suivi les lacrymos, l’air était tellement saturé qu’on voyait même plus les phares des camions de flics. On comprenait pas pourquoi on se faisait gazer donc on a répliqué». Les CRS ont massivement tiré sur un pont au-dessus du périphérique de Nantes. La route a été envahie de gaz et les voitures ont dû s’arrêter tellement le nuage lacrymogène était dense.

Depuis des années, le FC Nantes alimente la rubrique faits divers, notamment avec des affaires d’évasion fiscale, mais aussi avec la volonté des dirigeants d’imposer un nouveau stade qui aurait fait office de centre-commercial géant. Un projet heureusement empêché par la mobilisation des supporters. Alors que les résultats du club sont maussades, dans les tribunes on réclame le départ de Waldemar Kita, un club populaire et l’arrêt du foot business. Mais comme pour toutes les oppositions, c’est la répression qui fait office de réponse.


Images : Julien Sureau, presse locale

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don