Lecture de rentrée : «Nous sommes en guerre»

C’est un jeune auteur nantais, Pierre Douillard-Lefèvre, mutilé par un tir de LBD alors qu’il était lycéen, qui signe le livre «Nous sommes en guerre». Cet ouvrage propose une histoire du temps présent : celle de la répression «à la française», de l’augmentation des moyens de contrôle, et de la brutalisation des discours politiques.

La lecture suit l’analyse des différents «laboratoires» de la répression, des quartiers au mouvement des Free Party jusqu’aux mobilisations de Gilets Jaunes. Le tableau offert dans ce texte coup de poing est mordant, révoltant. Il donne des outils de défense intellectuelle salutaires face à la propagande sécuritaire omniprésente. Mais les constats ne suffisent pas : une dernière partie du livre est consacrée aux différentes pistes pour résister à l’appareil policier, et enfin, obtenir des victoires, gagner en puissance.


«Nous sommes en guerre» sort le 10 septembre en librairie, il est déjà disponible en pré-commande.

250 pages illustrées pour 12€, aux Éditions Grevis. À lire et faire lire d’urgence.


Extrait :

«Qu’est-ce qui relie un lycéen et un Gilet Jaune, un teufeur et l’habitant d’une cité, un supporter et un occupant de la ZAD, malgré leur diversité, leurs subjectivités ? Tous ont subi des violences préméditées de la part de policiers qui les ont visés à la tête. Tous ont été touchés par la même arme. Il y a toujours, en amont de leurs histoires, une volonté assumée par la Police de faire mal, d’en mutiler un pour en terroriser cent. Ce qui les relie, c’est la violence quotidienne de la police : le harcèlement de certains quartiers, la traque des sans-papiers, les expulsions de logement, l’étau anti-terroriste qui s’abat sur des catégories toujours plus larges d’indésirables. Ce qui leur est arrivé arrivera probablement à d’autres. Les armes de la po­lice disent à celles et ceux qu’elles ciblent de rentrer chez eux, de vivre dans la crainte, d’obéir. Les damnés de la répression devront donc faire exister une légitime défiance.»

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.