Corbeil-Essonnes : une mère de famille gazée, 5 nuits de colère

Les faits ont eu lieu jeudi 2 septembre à Corbeil-Essonnes, en banlieue parisienne, et les images ont fait le tour des réseaux sociaux. Des policiers de la BST, brigade spécialement créée pour réprimer dans les quartiers, et connue pour ses nombreuses violences, arrêtent brutalement un jeune soupçonné d’avoir participé à un «rodéo».

Pendant l’interpellation, les policiers gazent un plein visage une mère de famille. Les images, devenues virales, montrent la maman approcher les agents lors de l’arrestation de son fils avant de recevoir sans ménagement un coup de gazeuse. Depuis, tous les soirs, la colère s’exprime et la police tire.

Hier, lundi 6 septembre, la mairie a organisé une réunion de «médiation» avec des mères de famille du quartier et des commissaires de police. Mais devant la salle, la présence de nombreux agents, notamment la BAC qui a provoqué des habitants, a mis le feu au poudre. Et à nouveau, de nombreuses personnes, familles comprises, ont été gazées. Des cailloux et des feux d’artifice ont répondu aux grenades et tirs de balles en caoutchouc jusque tard dans la soirée.

Selon les autorités, il y a eu au moins 20 tirs de LBD hier soir, en plus des munitions lacrymogènes. La nouvelle compagnie de «CRS 8», les «super-CRS» créés par Darmanin, étaient sur place. Dans le quartier des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes, les violences policières sont régulières. En 2011, une fillette de 9 ans, Daranka, avait été gravement blessée à la tête par un tir de LBD, et avait fait plusieurs jours de coma. Aucun policier n’avait été condamné.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don