GRÈVE GÉNÉRALE ET «SQUID GAME» EN CORÉE

242636714_4393383220697817_7583901592829098484_n-23

242636714_4393383220697817_7583901592829098484_n-23

maxresdefault-2

maxresdefault-2

248723910_4489033274466144_4035472048865520370_n

248723910_4489033274466144_4035472048865520370_n

244650023_4434246919944780_3408665345882081073_n-1

244650023_4434246919944780_3408665345882081073_n-1

244649433_4434247756611363_9008964346163432856_n-2

244649433_4434247756611363_9008964346163432856_n-2

244641277_4434253749944097_4122222468723030880_n-2

244641277_4434253749944097_4122222468723030880_n-2

244401309_4434247623278043_7383475789487205712_n-2

244401309_4434247623278043_7383475789487205712_n-2


Cette semaine en Corée du Sud, une grève générale a eu lieu : des dizaines de milliers de travailleurs et travailleuses ont manifesté jeudi. Dans les cortèges, certains étaient habillés comme les gardes de la série coréenne «Squid Game» pour dénoncer l’exploitation et le désespoir du capitalisme, illustré dans la production à succès de Netflix. Les manifestants et manifestantes exigent de meilleures conditions de travail, une augmentation des salaires et la nationalisation des secteurs clés de l’industrie et des services essentiels.

En quelques chiffres : près de 1000 livreurs en grève, des dizaines d’écoles bloquées par manque de travailleurs dans les cantines, plus de 27 000 manifestants à Séoul, pour un total de 550 000 grévistes dans le pays.

Le gouvernement a profité de la crise sanitaire pour imposer le «Niveau 4», des mesures de distanciation sociale imposées dans la zone métropolitaine de la capitale pour empêcher tout rassemblement ou manifestation. Le président du pays a été forcé d’envoyer 16 000 policiers et 500 bus à Séoul pour faire barrage.