Mort de Steve : mensonge d’État


Le Canard Enchaîné confirme que l’État à menti, de la base jusqu’au sommet du pouvoir, suite à la mort de Steve.


Le préfet de Nantes de l’époque, Claude d’Harcourt, a été auditionné pendant 5h par un juge, et il a joué à l’idiot : «le plus haut responsable local de l’État – donc le donneur d’ordre – ignorait que la Fête de la musique se tenait sur les quais de la Loire. Il ne savait pas non plus que le quai Wilson, lieu du rassemblement, était propriété de l’État. «Je ne connaissais pas l’endroit». Bizarrement, à l’époque des faits, le même préfet ne disait pas du tout la même chose et défendait la charge contre les jeunes.

Le même préfet défend le commissaire qui a lancé la charge, Grégoire Chassaing : «Très bien considéré par l’administration préfectorale (…), père de famille nombreuse. Il a six enfants, c’est un catholique pratiquant mais non militant».

L’IGPN et le Premier Ministre Édouard Philippe ont menti. En 2019, ils avaient déclaré publiquement que le portable de Steve s’était arrêté bien avant la charge, insinuant que la police n’avait rien à voir avec la noyade. «En réalité, les bœuf-carottes ne retiennent que l’heure du dernier SMS envoyé par la victime à un ami. Ils passent sciemment sous silence le dernier signal capté par la borne téléphonique la plus proche, à 4 h 33 et 35 secondes. Pieux mensonge».


Source : Le Canard Enchaîné, 27 octobre 2021.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don