Contrôle du Pass Sanitaire : une cafetière de 69 ans en garde à vue pour des documents non-conformes


Nouvelle situation ubuesque en banlieue parisienne dans l’une des villes des villes les plus pauvres de France. La scène s’est déroulée à Clichy-sous-Bois où les contrôles sanitaires ont été renforcés ces dernières semaines. Les bars et restaurants y sont particulièrement ciblés par les autorités.


Il y a un mois, une sexagénaire qui tient un café en Seine-Saint-Denis a passé une nuit en geôle à cause d’un contrôle de Pass Sanitaire dans son établissement. Ce lundi, un article du Parisien revenait sur la sinistre affaire. Des flics débarquent dans le café de Leyla, 69 ans. Elle est la gérante du Balajan depuis 7 ans. La police vient contrôler les Pass Sanitaires de ses clients. Les consommateurs s’exécutent mais certains d’entre eux présentent «des documents qui ne sont pas en règle».

L’histoire devient grotesque. Les policiers décident d’arrêter Leyla. Elle est emmenée illico presto au commissariat. La femme sera jetée en garde à vue pour la nuit, privée de chaussures, de nourriture et de boisson. Les fonctionnaires lui interdiront même d’aller aux toilettes. L’humiliation est totale. Le cas de maltraitance, flagrant, pour cette personne âgée qui ne comprend toujours pas ce qui lui est arrivée. La cafetière encore choquée risque une amende et la fermeture administrative de son bar.

Vous êtes bien en France. Ce pays où l’on enferme une grand-mère, gérante d’un café de banlieue parce que quelques uns de ses clients n’ont pas présenté leur Pass Sanitaire aux flics. La police aurait-elle été aussi zélée dans un quartier huppé de la capitale ? Aurait-elle osé mettre au cachot le tenancier d’un resto chic si sa clientèle n’avait pas pu présenter les bons documents ? Pendant ce temps là, le pass n’est toujours pas obligatoire à l’Assemblée Nationale.


Une journée de plus en Absurditan Autoritaire… Quand est-ce que ça s’arrête ?


Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don