Bilan carbone : Castex est venu signer un contrat sur la “transition écologique” à Nantes en jet privé !


Un Falcon rejette 1500 fois plus de CO2 que le TGV


Le jet Falcon emprunté par Castex pour aller à Nantes faire du greenwashing

Le gouvernement n’hésite jamais à parler de «responsabilité écologique» pour taxer les pauvres, tout en protégeant les multinationales ultra-polluantes. Dans le même registre, Jean Castex prétend défendre le transport en train, plus écolo, mais effectue ses déplacements à bord de Falcon, aux frais du contribuable, y compris pour des petits trajets.

Nantes, par exemple, est à 2h de Paris en train. Pourtant, Jean Castex est venu avec le jet de la République : un Falcon. Un déplacement hors de prix, une aberration écologique. Le vol part de l’aéroport militaire de Vélizy-Villacoublay à une quinzaine de kilomètres au sud de Paris. Il faut mobiliser une équipe pour le vol, faire décoller l’avion, atterrir à l’aéroport de Nantes et déplacer des véhicules pour amener le Premier Ministre dans le centre-ville. En terme de temps, c’est probablement plus long qu’en train, qui arrive directement au cœur de Nantes. Le 26 février 2021, Jean Castex débarquait en avion à Nantes pour signer un «contrat de relance et de transition écologique» avec la présidente socialiste de la métropole de Nantes, Johanna Rolland. Le 21 janvier 2022, Jean Castex revenait à Nantes pour «poser la première pierre» du futur CHU soi-disant «écologique». Deux déplacements en avion privé !

Même chose à Lyon, à 2h en train de Paris, à Angoulême, 1h42 de Paris, Caen, à 200km de Paris. En Normandie, il y prononce un discours vantant la relocalisation de l’économie, une nécessité pour «produire français, former et assurer la transition écologique». À Dunkerque le vendredi 4 février, il prononce un discours pour «décarboner» l’industrie. Castex est venu en train, avant de rentrer en avion, ce qui a obligé un Falcon à faire un déplacement à vide pour venir le chercher !

Mediapart recense au moins 16 aller-retours effectués dans des villes accessibles à moins de 2h15 en train ou en voiture. Sans compter tous les déplacements, plus nombreux, en Jet pour des distances à peine plus longues.

Se déplacer aussi souvent en avion privé, surtout pour de si courtes distances, est le moyen de déplacement le plus polluant au monde : les Falcon rejettent en moyenne 1500 fois plus de CO2 que le TGV. Sur des distances pareilles, Castex ne gagne quasiment aucun temps, et cela représente une débauche d’argent public et une pollution incroyable. Pendant cinq ans, François Fillon utilisait déjà, en tant que Premier Ministre, les jets de la République pour rejoindre à titre privé sa propriété dans la Sarthe, à 1h20 de Paris en TGV. À ce niveau d’irresponsabilité, c’est du grand art. La doctrine du Jet privé : les barons de la République crachent à la gueule du bon peuple.

Jean Castex a signé, le 13 novembre 2020, une circulaire rappelant l’engagement de l’État et de ses agents dans ce qu’il qualifie de besoin d’«exemplarité des acteurs publics dans cette démarche de sobriété écologique». Menteurs obsessionnels, hypocrites, irresponsables, se moquant éperdument de l’état du monde. Nous avons des enfants gâtés et capricieux au pouvoir. Derrières les obsessions de Castex pour les avions privés, le sentiment renouvelé que ces gens sont dangereux.


L’enquête compète ici : https://www.mediapart.fr/journal/france/080222/jean-castex-une-passion-immoderee-pour-les-jets-de-la-republique

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.