Péril sur l’Amazonie : la forêt tropicale sur le point de se transformer en savane


Imaginez-vous une forêt humide luxuriante se transformer radicalement en savane ? C’est possible. L’Amazonie est en danger, proche de son point de basculement d’après des chercheurs.


La limite de la forêt tropicale ne cesse de reculer en Amazonie.

Une nouvelle étude scientifique publiée ce lundi 7 mars dans la revue Nature Climate Change tire la sonnette d’alarme. La forêt amazonienne approcherait de son point de rupture, un point de non-retour. Cette zone humide, réservoir de biodiversité deviendrait alors un écosystème plus sec. Elle pourrait se transformer en savane, de manière irréversible.

Le changement climatique et la déforestation mettent sous tension le système complexe marqué par une forte humidité de la forêt tropicale, qui a pour particularité de produire certaines de ses précipitations. Les arbres, en réévaporant l’eau des sols dans l’atmosphère, permettent d’auto-entretenir le climat humide de l’Amazonie en créant en partie ses propres pluies.

En Amazonie des millions d’hectares d’arbres sont arrachés à la terre chaque année afin de soutenir l’agriculture productiviste. Des pans entiers de la forêt disparaissent au profit des champs de soja ou de pâturages pour l’élevage intensif. Les besoins en céréales pour nourrir les bœufs d’élevage explosent.

Dans le même temps, les épisodes de sécheresses deviennent plus fréquents et plus intenses. Les terrains plus secs favorisent l’émergence de gigantesques incendies. Des mégafeux complètement incontrôlables, qui entraînent dans leurs cadences infernales la destruction de la forêt.

L’arrivée au pouvoir du président d’extrême droite et climatosceptique Jair Bolsonaro, au Brésil, n’a fait que renforcer le processus “d’assèchement” du bassin amazonien. Connu pour ses prises de positions pro-buisness, l’homme est un lobbyiste forcené au cœur de l’appareil d’État Brésilien, au service des multinationales les plus polluantes. Dans le pays, de nombreuses et nombreux militant-es écologistes sont assassiné-es dans des conditions nébuleuses et les populations autochtones qui vivent dans la forêt sont menacées. Bolsonaro est l’un des artisans de l’entreprise méticuleuse de destruction massive engagée par les compagnies minières et l’agro-industrie en Amazonie. Avec lui, la déforestation s’est accélérée de manière ahurissante.

Les “poumons de la planète” se désagrègent sous nos yeux. Les activités humaines sont dévastatrices et elles détruisent la capacité de la forêt tropicale à agir comme un puit de carbone. Cet équilibre s’en trouve bouleversée. L’un des chercheurs de l’étude prévient : «Si l’on perd la forêt pluviale, environ 90 milliards de tonnes de dioxyde de carbone seront émis dans l’atmosphère, principalement par les arbres et le sol. C’est l’équivalent de plusieurs années d’émissions par l’humanité.» Il ajoute que «si nous dépassons le point de bascule, le dépérissement de la forêt sera bien plus rapide que la fonte de la banquise du Groenland». Cet échappement carboné aurait de lourdes conséquences sur le réchauffement climatique.

Ces entreprises écocidaires saccagent la planète. Regarder ailleurs, faire mine de ne rien voir : voilà la véritable catastrophe. Nous n’avons plus le temps : les jours sont comptés pour s’organiser efficacement et mettre à l’arrêt ceux qui méprisent la vie ou laisser le chaos climatique et les désordres inévitables qu’il engendrera s’installer, impuissants.


Source : https://reporterre.net/L-Amazonie-pourrait-se-transformer-en-savane

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.