⚡ «Don’t pay» : vers une grève des factures d’énergie en Angleterre


Le mouvement vise le million de non paiement de facture le 1er octobre


Ils sont déjà près de 100 000 à s’engager à ne pas payer leurs factures d’énergie. En Angleterre, une «grève massive des paiements» s’organise et devrait commencer le 1er octobre, pour forcer les fournisseurs d’énergie à baisser leurs prix.

Depuis avril l’autorité britannique de l’énergie a augmenté de 54% le plafond des prix de l’énergie dans le pays. Et comme ailleurs, les prix explosent. Le plafond des factures d’énergie pourrait atteindre environ 4400 £ par an en janvier, selon une analyse. Le mouvement «Don’t Pay» vise une grève suffisamment étendue pour mettre les distributeurs d’énergie dans une difficulté économique assez forte pour les faire céder. Pour cela, il suffit qu’une fraction suffisante de la population arrête de payer.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Le gouvernement anglais, déjà en difficulté, panique. Il menace les désobéissants de «poursuites» par des collecteurs de dettes. Refuser de payer des factures pourrait également avoir un impact pour obtenir un crédit auprès des banques, «rendant potentiellement plus difficile la souscription de prêts, de cartes de crédit ou d’hypothèques à l’avenir.» Le Premier Ministre exclut, pour l’instant, «une aide supplémentaire au coût de la vie». Mais si des millions de personnes arrêtent de payer, les autorités ne pourront pas poursuivre tout le monde.

La menace est prise très au sérieux, car la méthode a déjà fait ses preuves. En 1990, le gouvernement ultra-libéral de Margaret Thatcher avait tenté d’imposer une «poll tax», une taxe de plus, injuste, frappant surtout les plus pauvres. La mesure avait provoqué des manifestations massives et des émeutes. Une sorte de mouvement des Gilets Jaunes outre-Manche. Mais aussi un boycott du paiement de cet impôt. La taxe avait été retirée, et le gouvernement était tombé. En Catalogne, cela fait quelques années qu’il existe des «grèves de loyers» à l’échelle de quartiers ou de pâtés de maison, lorsque les logements sont trop chers, pour faire pression sur les bailleurs.

Et si en France aussi, la population refusait de payer ?


Une source en anglais.