? Sobriété, mal logement et guirlandes de Noël


La République hors-sol


Pendant que des milliers de personnes se préparent à passer l’hiver sans chauffage et se demandent comment ils vont être en mesure de régler leur facture d’électricité, France info s’inquiète pour les illuminations de noël !

Déconnexion totale avec la réalité sociale ou indécence pure ? Ce matin sur la 3ème radio de France, France info interrogeait Emmanuelle Wargon, présidente de la Commission de régulation de l’énergie et ancienne ministre du logement, sur la question essentielle des illuminations de Noël ! Elle déclare que «il ne faut pas faire de la sobriété punitive» et ajoute : «Il faut trouver un point d’équilibre entre la sobriété et le fait de continuer à vivre d’une certaine manière un peu normalement». Continuer de vivre normalement c’est, pour l’ancienne ministre du logement, le fait de pouvoir dépenser de l’électricité inutilement dans des décorations de Noël alors même que plus de 300.000 personnes se trouvent aujourd’hui à la rue et que des millions d’autres ignorent encore comment elles vont pouvoir passer l’hiver, en dépensant le moins d’électricité possible…

Le rapport 2022 de la Fondation Abbé Pierre sur les chiffres du mal logement estime à plus d’un million le nombre de personnes privées de logement personnel, à plus de 4 millions les personnes mal logées, et à plus de 12 millions les personnes en situation de fragilité, c’est-à-dire qui subissent le froid en raison de la précarité énergétique, en situation de surpeuplement ou encore d‘effort financier excessif.

Au même moment, le gouvernement annonce qu’il soutiendra une proposition de loi déposée par les députés macronistes pour protéger les propriétaires en cas de loyers impayés et de squats. La macronie prend une fois de plus le parti des privilégiés contre les personnes précaires. Une annonce particulièrement abjecte au moment où l’inflation et la crise de l’énergie accentue la misère et place des millions de personnes dans une situation de précarité indigne.

Cette proposition de loi vise ainsi à durcir les dispositions contre les squatteurs et les personnes se trouvant dans l’impossibilité de payer leur loyer, en rendant automatique la résiliation du bail dès qu’une injonction à payer serait restée infructueuse. Rappelons que «24% des ménages français sont des multipropriétaires majoritairement aisés qui détiennent 68 % des logements occupés par des particuliers» et que «3,1 millions de logements sont vacants».

Le gouvernement fait preuve une fois de plus de son inhumanité totale et démontre le gouffre béant des politiques du gouvernement avec la réalité sociale de la population. Jusqu’où iront le mépris et la criminalisation de ces millions de mal logés ?


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.