⚖️ Un SDF affamé envoyé en prison pour avoir pris à manger dans une cantine municipale


Justice de classe à Nantes. Il avait faim. Il été surpris en train de se préparer un repas à l’intérieur d’une cantine. Le tribunal l’envoie derrière les barreaux.


Un SDF affamé se préparait à manger dans une cantine municipale
-
VIOLENCE SOCIALE AU TRIBUNAL DE NANTES
-
Les magistrats l'envoient derrière les barreaux

Les faits remontent au 17 juin 2018 à Nort-sur-Erdre, au nord de Nantes. Ils n’ont été jugé que lundi dernier, le 23 janvier 2023 : les délais judiciaires sont une autre forme de violence symbolique.

Ce jeune homme, intérimaire et sans domicile fixe, avait été surpris au milieu de la nuit en train de se préparer un repas à l’intérieur de la cantine municipale de la commune. Repéré en train de fouiller les tiroir et de manger des denrées réservées aux élèves, des gendarmes l’avaient interpellé.

Il cherchait à «manger un peu», à «se doucher» et à «se poser». Il allait «passer à table» lorsqu’il a été arrêté. On parle de nourriture de cantine, du type haricots verts et poisson pané. Un «préjudice» de quelques euros pour la mairie, pour un homme qui avait faim. Le mangeur a pourtant été condamné à 3 mois de prison ferme. Sarkozy et Balkany, qui ont détourné des millions d’euros, feront moins de prison que lui.

À l’audience, le procureur estimait que «l’état de nécessité» ne pouvait pas justifier de «tels faits». Avoir faim ne justifie pas le crime horrible de manger dans une cantine. Le juge a suivi ce réquisitoire inhumain, et a même écarté tout aménagement de peine : autrement dit la personne jugée est envoyée derrière les barreaux immédiatement, alors qu’elle avait besoin d’aide. Selon ce juge, prendre à manger dans une cantine est un danger pour la société.

Ce SDF est aussi condamné à payer 600 euros de frais de justice, alors qu’il est là parce qu’il pouvait pas se payer à manger. On peut féliciter ces magistrats grassement payés et bien nourris du tribunal de Nantes, ainsi que le maire de Nort-sur-Erdre pour cette condamnation : un concentré de violence de classe.

La justice nantaise est d’une férocité absolue envers les pauvres. En avril 2020, durant le confinement, un SDF qui sortait de prison pour un «vol de bouteille» avait été verbalisé pour «non respect du confinement». Il n’avait nul part où aller, la sanction était kafkaïenne. Quelques jours plus tard, il était jugé pour un vol de chaussures, une nécessité car il était blessé aux pieds. La juge a donné deux mois ferme avec mandat de dépôt. Une sentence froide comme du béton armé. Le condamné, en fauteuil, a tenté de se suicider à l’énoncé du verdict, en s’ouvrant le bras.

À l’inverse, ces juges et ces procureurs sont d’une grande bienveillance envers les possédants, même les plus indéfendables. Dimanche 30 octobre 2022 à Nantes, un homme de 63 ans propriétaire de plusieurs appartements dans un immeuble du centre ville, «aperçoit un intrus assoupi dans le hall d’entrée de l’immeuble». Le boomer multi-propriétaire va chercher une bouteille d’essence et un allume-gaz, et asperge le dormeur. Heureusement, celui-ci se réveille juste avant d’être brûlé vif. Le rentier sexagénaire, hors de lui, asperge également d’essence un homme qui entrait dans le hall : un habitant de l’immeuble. Emmené au commissariat, les magistrats lui proposent gentiment une «CRPC», c’est-à-dire une «comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité». Il s’agit d’une «procédure allégée» destinée aux petits délits. Mais ici, il s’agit de tentatives de meurtres barbares, pas d’une boite de haricots dans une cantine municipale. Le bourgeois inflammable s’en sort avec une peine de sursis, dans le cadre de cette procédure «allégée», sans même passer par la case procès.

Vêtus de leurs robes, dans le calme des tribunaux, derrière leur petits bureaux, avec leur ton bien policé et leurs arguments juridiques, c’est une violence féroce qui s’exerce. La violence de la bourgeoisie. Une violence qui détruit et qui tue.


https://actu.fr/pays-de-la-loire/nort-sur-erdre_44110/loire-atlantique-prison-ferme-pour-le-sdf-qui-setait-servi-un-repas-dans-une-cantine_56881598.html

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

2 réflexions au sujet de « ⚖️ Un SDF affamé envoyé en prison pour avoir pris à manger dans une cantine municipale »

Les commentaires sont fermés.