Des centaines d’actions ces derniers jours : bilan partiel

DES CENTAINES D'ACTIONS CES DERNIERS JOURS
Rails et gares envahis
Périphériques et autoroutes bloquées
Manifestations spontanées
Piquets de grèves innombrables
Centres commerciaux investis
Raffineries à l'arrêt
Facs bloquées
Permanences attaquées
ON FAIT LE POINT

Le pays est en ébullition : sur tout le territoire, on s’organise, on bloque, on fait la grève, on combat. Le nombre d’actions et leur dispersion sur le territoire sont tellement importants qu’il est impossible de tout recenser, mais il est comparable au soulèvement des Gilets Jaunes. Sauf que ces actions ont lieu tous les jours, et pas seulement le samedi. Tentative de bilan des actions ces trois derniers jours, pour ne pas oublier les centaines de milliers d’anonymes qui résistent :

  • Les gares sont envahies et bloquées dans plusieurs villes : ce week-end celles de Montpellier et de Bordeaux ont été investies par les manifestant-es. Ce lundi, des centaines de cheminots sont entrés sur les rails à Versailles, «ils ont saboté les freins des trains et ont mis des pétards de voies, ça force les trains à s’arrêter», ainsi qu’en gare de Lyon à Paris. La gare de Clermont-Ferrand a aussi été envahie
  • Les raffineries tiennent bon. Les plus grosses du pays sont à l’arrêt et aucun carburant n’en sort. Près de 1200 stations sont actuellement en rupture totale ou partielle, et le chiffre ne va cesser d’augmenter ces prochains jours.
  • Les blocages routiers prennent de l’ampleur. L’autoroute de Chambéry a été massivement bloquée ce week-end, de même que le périphérique rennais ce matin, celui de Caen et de nombreuses autres villes…
  • Les actions de coupure de courant se poursuivent. Ce lundi matin l’aéroport de Pau a été mis dans le noir.
  • Des zones commerciales sont bloquées ou envahies. Ce week-end, les Halles de Paris ont été envahies par des centaines de manifestant-es qui ont défilé dans la galerie commerçante. À Nantes, c’est la zone d’Atlantis qui était impactée samedi.
  • Émeutes : les rues sont agitées dans un grand nombre de villes, y compris moyennes. À Lyon : 3 nuits d’émeutes d’affilée entre jeudi et samedi soir. À Nantes, jeudi soir et samedi de feu. Barricades à Bordeaux, Caen, et beaucoup de villes samedi… À Paris, la seule solution du pouvoir aura été d’organiser des rafles de centaines de personnes pour tenter d’endiguer la révolte dans la capitale.
  • Dans de nombreuses entreprises, travailleurs et travailleuses occupent leur lieu de travail, cœur de l’appareil productif du pays. L’écluse de Bollène, l’entreprise Smitred à Pluzunet ou Vertbaudet dans le Nord…
  • Le secteur des déchets est en pointe : ramassage à l’arrêt à Nantes ou Paris, malgré les réquisitions. Mobilisation devant l’incinérateur à Poitiers ou Brest, et bien d’autres.
  • Une opération péage gratuit à eu lieu à Senlis.
  • À Metz, le dépôt de bus a été bloqué par des manifestant-es ce lundi.
  • À Carhaix, les soignant-es ont sorti une catapulte en manifestation.
  • Des dizaines de facs sont toujours en mouvement. 1000 personnes en Assemblée Générale ce lundi à Tolbiac, et l’université occupée. Vote de l’occupation à Nantes également, entre autres.
  • Les permanences de politiques sont prises pour cible. Ce week-end à Nice : la permanence d’Eric Ciotti a été défoncée. À Vincennes, la permanence du député Renaissance, Guillaume Gouffier, vandalisée.

Ce n’est qu’un modeste aperçu, n’hésitez pas à compléter !


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.