Guerre sociale : le MEDEF pris pour cible à Nantes et Saint-Étienne


La semaine dernière, des permanence du lobby des patrons ont été prises pour cible


Les devantures de deux sièges du MEDEF dégradées à la peinture

À Nantes dans la nuit de lundi, les nouveaux locaux du MEDEF, plus discrets que leur ancien bâtiment du centre-ville, ont été repeints en rouge accompagné d’un tag «guerre sociale». L’action avait été revendiquée par des «mutins» dénonçant «la réforme des retraites dont l’objectif est de nous faire bosser plus longtemps afin de rééquilibrer leur comptes».

À Saint-Étienne trois jours plus tard, le bâtiment du patronat a reçu des impacts de peinture et a eu la façade recouverte de peinture en noire, avec le même message : «guerre sociale».

Dans leurs costumes, sur les plateaux télés, dans le confort des salons, les patrons et leurs serviteurs déploient une violence inouïe mais feutrée. Ils ne frappent pas directement, mais l’exploitation, la casse des droits des travailleurs, le mépris, la précarité et le recul des retraites tuent, provoquent des maladies, des dépressions, des suicides.

C’est bien une guerre sociale qui est menée, elle est gagnée pour le moment par les riches. Le camp des exploité-es doit reprendre l’offensive.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *