Ne pas opposer les persécutions antisémites et la tragédie du peuple palestinien


En occident, les médias tentent d’opposer deux tragédies. La Shoah d’un côté : la persécution et l’extermination des juifs européens au XXème siècle. Le sort des palestiniens de l’autre : une colonisation sans fin ponctuée de vols de terre, de massacres et d’atrocités.


Dans cette logique dangereuse, soutenir les palestiniens serait être antisémite. Cela reviendrait à nier les souffrances endurées par les juifs. Et inversement, l’horreur du nazisme hier justifierait les crimes coloniaux commis aujourd’hui. On entend dire sur certains plateaux télé que si la jeunesse se mobilise pour la Palestine, c’est parce qu’elle aurait presque oublié la Shoah, que tout cela lui paraîtrait lointain.

C’est exactement l’inverse. C’est JUSTEMENT parce que nous connaissons l’histoire des génocides, de la déshumanisation et des violences de masse qu’il faut défendre la Palestine. Opposer la mémoire des juifs persécutés et massacrés au sort actuel des Palestiniens persécutés et massacrés par les colons d’extrême droite est une mise en concurrence des souffrance très grave.

«Plus jamais ça», cela vaut justement pour tout le monde. L’histoire doit nous enseigner qu’aucun peuple ne mérite d’être déshumanisé, colonisé, humilié ou exterminé.

C’est parce que l’histoire des totalitarismes nous hante que nous refusons le nettoyage ethnique commis par un gouvernement fasciste sous nos yeux.

Une explication intéressante a été développée par une jeune habitante des États-Unis qui soutient la Palestine.


Sous-titre : Caisses de grève

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *