La BRAV-M tue un piéton de 84 ans qui traversait au vert


Mardi 12 décembre à Paris, la BRAV-M, cette police ultra-violente qui sème la terreur dans les rues de Paris depuis les Gilets Jaunes, a tué un passant


Cet homme de 84 ans traversait sur un passage piéton lorsque le feu était au vert pour lui. Fauché à 16h, il a été grièvement blessé, souffrant notamment d’un traumatisme crânien, et il est décédé le lendemain.

Comble de l’indécence, ce décès été prononcé au moment même où la BRAV allait «distribuer des cadeaux» aux enfants hospitalisés de Necker devant les médias, pour redorer son image.

Non contente de mutiler et terroriser des manifestants, la BRAV-M, tue désormais également de simples habitants qui ont le malheur de croiser son passage, par hasard, dans la rue !

Comme toujours lorsqu’ils commettent l’irréparable, les policiers inversent les responsabilités. La BRAV prétend que le motard n’a pu éviter ce passant, «une bouteille à la main», sinon il aurait «emplafonné une camionnette garée en double file». Les policiers disent avoir respecté les limitations de vitesse.

Comme si, à vitesse limitée, il était impossible pour des motards chevronnés d’éviter un personne traversant un passage piéton au niveau d’un feu rouge, en plein jour, en plein Paris ! Un récit farfelu et obscène, comme à chaque fois.

Mediapart révèle que des habitants parisiens et des élus «se sont plaints ces derniers mois des comportements dangereux» de cette milice à moto.

Ces colonnes d’agents cagoulés, surarmés, qui fondent sur les manifestants et qui sont accusés de violences, y compris racistes et sexuelles, sont les symboles du régime actuel. Un agent de la BRAV a d’ailleurs été mis en cause pour des violences sur son ex-compagne, son idéologie néo-nazie et un trafic de drogue au sein de la brigade.

Dans la nuit du 8 au 9 janvier 2020 à Rennes, c’est une animatrice périscolaire de 21 ans, Maëva, qui avait été percutée de plein fouet sur un passage clouté par une voiture de police banalisée, sans gyrophare ni sirène. Elle était décédée. Le policier mis en cause, un ancien agent de la BAC, avait déjà commis 8 infractions pour excès de vitesse. Il avait écopé de sursis.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

2 réflexions au sujet de « La BRAV-M tue un piéton de 84 ans qui traversait au vert »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *