Sur France Info : le reportage le plus indigne du réveillon


Cette année, France Info est sur le podium des titres les plus monstrueux et indécents du réveillon. «Les Israéliens se préparent à un réveillon morose» titre le média de service public, ce 31 décembre 2023. Ce reportage commence par : «à Tel-Aviv, l’esprit n’est pas à la fête pour ce passage à l’année 2024».


La distance entre Tel Aviv et Gaza est de 74 kilomètres, moins que la taille d’un département français. On peut sans doute y entendre la détonation des bombes d’une tonne larguées sur la population palestinienne.

Pourtant, France Info nous raconte que Katy, patronne de restaurant, n’aura pas de DJ dans son établissement ce soir, et que Ofir, autre commerçant, va peut être perdre du chiffre d’affaire ce réveillon. Terrible. Nous sommes sommés de compatir avec des restaurateurs israéliens pendant qu’un peuple meurt.

C’est déjà indécent quand, en France, les médias aux ordres tentent de nous faire pleurer pour des petits patrons qui perdent du chiffre d’affaire pendant les grèves, ça l’est encore plus ici. À quelques kilomètres de Tel-Aviv, la population de Gaza est effacée et meurt dans la famine, les bombes et l’effroi.

Nous subissons la propagande interne d’un pays en guerre comme si la France était elle-même en guerre. Israël est l’alpha et l’oméga de l’actualité. Et le pire, c’est que les «journalistes» Willy Moreau et Sandrine Mallon qui ont pondu ce sujet ne se rendent sans doute même pas compte de leur inhumanité. Ils ont totalement intégré que 10.000 vies palestiniennes restent négligeables par rapport à une soirée sans DJ en Israël. Il faut bien comprendre qu’une rédaction d’un grand média public national s’est dit qu’il était pertinent et utile de mettre des moyens pour un tel sujet, que c’était normal, légitime. La banalité du mal est intacte.

France Info avait déjà titré le 14 décembre que 2023 était l’année où le nombre de journalistes tués était «au plus bas niveau» depuis 20 ans, reprenant les mensonges de l’association Reporters Sans Frontières, sans aucun travail d’enquête, alors qu’une centaine de journalistes ont été tué en Palestine. Une négation absolue de crimes répétés contre la presse.

Le 26 novembre, France Info écrivait après une descente néo-nazie dans un quartier de Romans-sur-Isère en représailles à la mort du jeune Thomas : «un militant de 20 ans hospitalisé après avoir été agressé par des jeunes». D’entrée de jeu, l’information principale n’était pas que des néo-nazis aient attaqué un quartier pour frapper des noirs et des arabes, mais «l’agression» d’un des néo-nazis qualifié de simple «militant», par les habitants du quartier. Un angle journalistique clairement favorable aux attaquants d’extrême droite, qui inversait les responsabilités.

La nouvelle directrice de France Info et de toute la maison Radio France est Adèle Van Reeth. Son entrée dans le monde des médias s’est faite par les cercles parisiens de Frédéric Begbeider au sein de Canal+, elle a fait un tour chez Laurent Ruquier avant d’être propulsée par Macron à la tête de la grande maison de la radio publique. Elle déprogramme immédiatement l’émission la plus connue de France Inter : celle de Guillaume Meurice et Charline Vanhoenacker, pourtant très écoutée. Ce programme avait le tort d’être satirique et critique envers le pouvoir en place. Elle supprime aussi l’excellente émission de l’historien Patrick Boucheron, qui s’inquiète alors du «climat anti-intellectuel», puis elle promeut de nouvelles émissions mauvaises et stupides.

Le nombre d’invités de droite et d’extrême droite semble avoir augmenté sur France Inter depuis l’an dernier. Par exemple récemment, au sujet de la Loi Immigration de Darmanin, les invités de la matinale appartenaient à différents partis xénophobes, d’Eric Ciotti à Élisabeth Borne en passant par Jordan Bardella : un nuancier d’extrême droite.

Adèle Van Reeth est en couple avec Raphaël Enthoven, faux philosophe et vrai propagandiste macroniste, dévoré par la haine de la gauche et tellement pro-israélien qu’il déclarait en octobre dernier à la télévision que la mort des civils palestiniens n’avait pas la même valeur que celle des israéliens. Il avait aussi dit en 2022 qu’il préférerait voter Le Pen que Mélenchon.


L’extrême droitisation touche tout le spectre médiatique, y compris le service public, qui remporte ce soir la sinistre récompense du reportage le plus indigne du PAF.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Une réflexion au sujet de « Sur France Info : le reportage le plus indigne du réveillon »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *