Insolite : cette ministre macroniste compare des abribus à la vie des personnes homosexuelles


La ministre Sarah El Haïry est l’incarnation du macronisme : incompétence, bêtise sans limite et idées réactionnaires, le tout maquillé derrière un vernis «moderne».


Sarah El Haïry pointe du doigt vers l'objectif.

Le 13 juin, elle s’est surpassée : celle qui était chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles au gouvernement a asséné : «Je ne souhaite pas que dans 3 semaines on puisse “casser du PD” avec l’extrême-droite, ou casser des abris de bus avec l’extrême-gauche». Très fière de sa formule, elle l’a déclarée à la radio France Bleu avant de la relayer sur Twitter.

Comparer l’extrême droite et la gauche, du verre brisé et des personnes homosexuelles passées à tabac. Voilà l’argument de campagne du gouvernement, pour mettre dos à dos “les extrêmes”. Ces propos d’une indécence totale ont provoqué l’indignation, et poussé la macroniste a tout supprimer en urgence de ses réseaux sociaux.

Le 23 mai 2023, Sarah El Haïry était secrétaire d’État chargée de la jeunesse et du SNU, et comparait le Rassemblement National et l’association SOS racisme. Elle mettait ainsi au même niveau un parti raciste à une organisation de centre gauche, liée au PS.

La macroniste estimait que critiquer l’extrême droite contribue à la favoriser et déclarait : «J’ai toujours mis sur le même plan la lutte contre les extrêmes», en référence à «une extrême gauche qui appelle à l’anarchie, au désordre et finalement à détruire tout ce qu’on a comme grand pilier d’autorité dans notre pays». La lutte sociale et le nazisme, finalement, tout se vaut.

Le 13 septembre 2021, elle osait : «Moi, ce qui m’effraie, encore plus que Zemmour, c’est les discours intersectionnels du moment». Défendre l’égalité serait pire que vouloir un régime fasciste. Voilà la ligne macroniste.

Cette confusion totale, cette relativisation de l’extrême droite s’accompagne ainsi d’une mise sur le même plan des dégâts matériels et des violences physiques. Les propos de Sarah El Haïry révèlent le rapport au monde de la bourgeoisie ensauvagée.

Le 5 octobre 2023, Gérald Darmanin expliquait à l’Assemblée Nationale, à propos des mobilisations écologistes : «Les biens sont aussi importants que les personnes […] C’est un combat vieux comme 1789 que de considérer que la propriété est un droit fondamental». En droit, c’est totalement faux. Une «violence» ne peut concerner que les personnes. Quand quelqu’un s’en prend à un bien, c’est considéré une «dégradation», et ce n’est pas considéré comme aussi grave par la loi. Mais les macronistes se moquent du droit.

Darmanin comme Sarah El Haïry ont oublié qu’un être humain est doté d’un système nerveux et d’émotions, contrairement à une mégabassine ou une vitrine, qui ne ressentent pas la douleur et ne peuvent pas perdre un œil ou une main. Peut-être Sarah El Haïry considère-t-elle sa personne comme un meuble ?

En mettant une équivalence entre une chose matérielle – un abribus – et un être vivant – en l’occurrence, une catégorie de personnes victime de discriminations et de violences LGBTphobes – le gouvernement a renoué avec l’idéologie de la bourgeoisie du XIXème siècle. Il redéfinit le périmètre de la violence. Leurs déclarations traduisent le fétichisme de la marchandise et le mépris de la vie humaine.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Une réflexion au sujet de « Insolite : cette ministre macroniste compare des abribus à la vie des personnes homosexuelles »

  1. Jean Claude Decaux, hetero ou homo ? Vu le degré de connaissance de Sarah El Haïry, nous allons directement lui poser la question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *