Nantes : des flambeaux contre la police

Le 5 décembre au soir, 28 ans après la mort de Malik Oussekine et plus d’un mois après celle de Rémi, 150 nantais-e-s déambulent dans le centre ville de Nantes. Dans les rues sinueuses du quartier comptant de nombreux bars, le cortège avance derrière une banderole « propageons la révolte » et un cercueil noir.

Une vingtaine de flambeaux et des fumigènes illuminent la nuit alors que les slogans résonnaient :

« Tout le monde déteste la police »

« Dans les prisons, la police assassine ! Dans les centres de rétention, La police assassine ! Dans les manifestations, la police assassine ! … »

« Rémi, Zyed, Bouna, on n’oublie pas, on ne pardonne pas ».

« De Nantes à Ferguson, désarmons la police !»

La police tourne mais reste relativement calme, sans doute pour éviter de troubler la consommation en période de fête.

La marche s’achève autour d’un feu de joie sur la place du Bouffay.

La révolte couve, soufflons sur les braises !

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.